Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4-5 / 48 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4-5 / 48 Next Page
Page Background

Une imprécation

vide de sens

Interrogé sur cette question, le

philosophe Raphaël Enthoven

répond que le vivre-ensemble

est en fait une imprécation vide

de sens, « d'une insondable

vacuité ». Incapable de fonder ce

qu'il annonce, le vivre-ensemble

produit même le contraire de ce

qu'il promet ! Aussi flou que son

orthographe (on ne sait pas s'il

faut l'écrire avec ou sans tiret),

le slogan moralisateur célèbre

selon lui l'œcuménisme, la tolé-

rance, la mixité… Haro sur le

racisme, le communautarisme et

même le terrorisme en France,

depuis les attentats de Paris. Le

vivre-ensemble devient ainsi

une attitude intégrée en chaque

citoyen, une obligation silen-

cieuse d'éviter les sujets qui

fâchent, un état d'esprit sournois

qui oblige chacun à lisser son

langage, à éviter les disputes, à

gommer les nuances pour que

surtout la montée aux extrêmes

ne se produise pas. Alors, le

vivre-ensemble est il vraiment

un contresens ? Est-il le produit

de la peur et de la censure ?

Serait-il la marque du dépéris-

sement de la vie démocratique,

dans laquelle chacun sacrifie ses

convictions au profit d'un lien

vidé de sa substance ?

L'autre différent,

une menace?

La sécurité exige que l'autre me

ressemble. S'il est différent, il sera

immanquablement

interprété

comme une menace. La liberté

veut que l'autre soit choisi, or, la

famille, l'école, la société sont des

communautés non choisies. Plus

le nombre d'individus compo-

sant une communauté est impor-

tant, plus on sera obligé de créer

des lois et de la hiérarchie pour

confisquer la violence inhérente

à la promiscuité. On le voit, vivre

ensemble n'est pas un long fleuve

tranquille. Les contraintes sont

inhérentes à la vie sociale. Pour

vivre bien, il faut y mettre du sien.

Plus la communauté locale est

identitaire, chaude, rituelle, plus

son vivre-ensemble est intense

en interne, plus sa relation

aux autres communautés sera

problématique.

Pour évoquer un vivre-ensemble

qui ne soit pas un mot-valise, pas

d'autre solution que de garder en

tête ces objections et de tenter

de les dépasser par la pensée,

la conviction, la recherche de la

vérité. D'abord, citer un texte

Biographie :

Pierre d’Elbée est docteur

en philosophie à l’université

de Paris Sorbonne sur

l’éthique du sacrifice dans

les sociétés traditionnelles

et dans la cité grecque.

Il est spécialiste de René

Girard. Il s’intéresse tout

particulièrement aux

questions d’éthique,

de changement et

de coopération.

Pierre

D'ELBÉE

© Droits réservés

I LE VIVRE-ENSEMBLE EST DEVENU LA PIERRE ANGULAIRE,

L'ESSENTIEL DES DISCOURS POLITIQUES POUR COMBATTRE

LES INDIVIDUALISMES, LESCOMMUNAUTARISMES, LES TENTA-

TIONS DE REPLI SUR SOI. DERRIÈRE CETTE RÉFÉRENCE SE

DÉCOUVRE CEPENDANT UNE INQUIÉTUDE : SOMMES-NOUS

CAPABLES D'ÉLABORER UN NOUVEAU PROJET COLLECTIF,

AUTOUR DE QUELLES VALEURS ET À QUEL PRIX ?

I

Sommes-nous capables d'élaborer

un nouveau projet collectif ?

©Luciano Lozano/Getty Images

Pensée

I

4

I

I

5

I

Cahier de réflexion

des maires francophones

Paris -

France