Suivez-nous sur : Contactez-nous

Abonnez-vous à notre bulletin d’information

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les actualités concernant l’AIMF. Vous pouvez à tout moment utiliser vous désabonner en utilisant la case ci-dessous

Fermer
Accueil > Actualités

#4 - Ville, santé et numérique

  • Partagez cette page

LES JOURNEES DE LA VILLE FRANCOPHONE NUMERIQUE
Ateliers préparatoires #AIMF2020


#4 - Ville, santé et numérique

Mettre le numérique au service de la santé permet des avancées significatives parce qu’elle permet d’améliorer le travail de prévention et de dépistage mais aussi parce qu’elle peut faciliter l’accès aux soins et le suivi des traitements.

En permettant une communication affranchie des distances, la technologie réduit les coûts, pallie le manque de personnel ou d’infrastructures sanitaires et permet de soigner jusqu’aux populations isolées ou vivant dans des zones reculées. Par exemple, le développement de kits d’examen portables couplés à la prise de photographies de haute qualité avec des téléphones portables et leur transmission à des spécialistes permettent à des médecins de procéder à des diagnostics à distance pour des traitements plus précoces. Cette initiative a été menée pour dépister la fièvre Ebola au Rwanda et au Nigeria, avec succès. La surveillance en temps réel a permis de contenir l’épidémie.

Au Rwanda, des drones sont utilisés pour parachuter des poches de sang dans des zones difficiles d’accès. Ailleurs, ce sont des kits de diagnostic qui ont pu être livrés à des communautés à faibles revenus pour lutter contre la malaria. Ces services sont à la fois efficaces et relativement peu coûteux. Mais il faut une coordination des initiatives et une centralisation des résultats, par les villes.

La technologie permet ensuite de collecter et d’analyser des données, issues des appels mobiles anonymisés, de l’activité des antennes relais de téléphonie mobile ou de la surveillance par des drones, pour détecter des épidémies – via la géolocalisation des appels aux services d’assistance –, suivre la propagation de maladies par le biais de la cartographie – suivi des déplacements de populations – et ainsi mieux cibler la distribution de médicaments. Les services municipaux en charge de la santé peuvent aussi organiser et mettre à disposition les informations sur les services de santé disponibles, publics et privés, sous forme de liste à jour, de cartes géoréférencées, de liens pour contacter les services en temps réel.
Mais les municipalités ont aussi un rôle politique à jouer. Alors que la méfiance vis-à-vis des technologies monte en raison de leur possibilité de contrôle des individus, quelques règles éthiques simples, défendues et démontrées par les villes pour respecter le droit des individus permettraient de mieux mobiliser les données collectives dans la lutte contre les maladies et dans les campagnes de soin.

Toute équipe municipale peut donc prendre des initiatives qui peuvent faciliter le développement de la santé numérique : d’une part en soutenant des start-up, en organisant la coopération entre les villes et même entre leurs hôpitaux ; d’autre part en permettant un climat de confiance, en devenant garante des libertés individuelles et de l’utilité humaine (non marchande ?) des données qui sont échangées. , surtout si elle compte un médecin dans ses rangs, peut, par ses initiatives, faciliter le développement de la santé numérique en soutenant des startups ou de la coopération entre hôpitaux situés dans des villes jumelées.  

Association Internationale
des Maires Francophones

9, rue des Halles
75001 Paris (FRANCE)
Téléphone / + 33 1 44 88 22 88
Fax / + 33 1 40 39 06 62

AIMF OIF