Suivez-nous sur : Contactez-nous

Abonnez-vous à notre bulletin d’information

Votre adresse de messagerie est utilisée pour vous envoyer les actualités concernant l’AIMF. Vous pouvez à tout moment utiliser vous désabonner en utilisant la case ci-dessous

Fermer
Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Au Québec, l’étalement urbain en question

  • Partagez cette page

Lieu(x) :  MONTREAL , QUEBEC , Union des municipalités du Québec Thème(s) :  Développement urbain durable et services essentiels

Les grandes régions citadines québécoises : Montréal, Québec, Gatineau ou Sherbrooke, consomment plus de territoire que leurs homologues canadiens. « C’est au Québec que l’on s’étale le plus », résume Mikael St-Pierre urbaniste au Centre d’écologie urbaine de Montréal.

L’étalement urbain présent depuis plus d’un demi-siècle au Québec, est lourd de conséquences. Pour les municipalités, il coûte environ deux fois plus cher par unité d’habitation. Ce mode de développement entraîne également la destruction de milieux naturels, empiète sur les terres agricoles, accentue la dépendance à l’automobile et force citoyens et marchandises à parcourir des distances de plus en plus grandes. Malgré ses effets néfastes, le rêve de la maison unifamiliale en banlieue persiste dans l’imaginaire des Québécois.

Pour sortir de l’impasse, la densification parait être l’avenue prioritaire. Mais elle ne rime pas nécessairement avec tours de logements. Les interlocuteurs prônent plutôt une densification douce, à échelle humaine. Grandes friches urbaines, stationnements vides, usines vacantes depuis des lustres, « il n’y a pas une ville moyenne au Québec qui ne compte pas de terrain sous-utilisé », avance également Christian Savard, Directeur de Vivre en Ville. Ces espaces constituent autant de possibilités pour les villes de croître sans s’étaler.

Pour en savoir plus

Association Internationale
des Maires Francophones

9, rue des Halles
75001 Paris (FRANCE)
Téléphone / + 33 1 44 88 22 88
Fax / + 33 1 40 39 06 62

AIMF OIF