BANFORA – Construction d’infrastructures scolaires

Banfora est une ville cosmopolite et frontalière. Son développement économique attire sans arrêt de nouvelles populations, avec pour conséquence une pression importante sur les écoles. La construction de 4 nouveaux établissements scolaires, éco-conçus, améliorera la scolarisation de 2000 élèves de la commune.

Continue reading

ABIDJAN – Adduction d’eau potable à Brofodoumé

La sous-préfecture de Brofodoumé fait partie du District d’Abidjan. Alors que les conditions d’accès à l’eau se sont dégradées au cours des dernières années, le présent projet d’adduction en eau potable, structuré autour de la mise en service d’un nouveau forage, impactera directement les 10 000 habitants de Brofodoumé pour améliorer durablement leurs conditions de vie.

 

Contexte

Longtemps victime au problème d’absence d’infrastructure de fourniture d’eau potable, la communauté villageoise a sollicité une aide financière auprès de l’AFD pour la création d’un système d’adduction en eau potable afin de mettre la population à l’abri des dangers que représente l’utilisation des sources, puits et autres points d’approvisionnement exposés à toutes formes de contamination.

Cette requête a eu un écho favorable et depuis 1996, un système d’hydraulique villageoise financée par la coopération française a été installé. Il est géré par un comité de gestion mis en place par la communauté villageoise, mais dont l’efficacité est entravée par le manque de ressources financières, l’obsolescence des équipements, un service d’exploitation qui n’est pas suffisamment outillé. La situation est aggravée par le tarissement du forage totalement, de sorte que la demande en eau de la population n’est plus couverte.

Face à la situation de pénurie qui s’accentue ; la communauté villageoise obtenu un forage situé à 2,5 km du village et dont le débit est 25 m3/h. L’équipement du forage est nécessaire à son exploitation et une demande de subvention en ce sesn a été faite à l’AIMF par le District autonome d’Abidjan.

Activités
  • Equipement du nouveau forage de capacité 25 m3/h ; 
    - Construction d’une ligne de moyenne tension reliant le forage situation à 2,5 km de la ligne électrique existante ;
    - Fourniture et pose d’un transformateur 50 kva triphasé pour le fonctionnement de la pompe immergée ;
    - Fourniture et installation d’une pompe immergée de 25 m3/h avec une HMT de 100 m avec tous les accessoires de fonctionnement ;
    - Fourniture et pose d’un asservissement automatique du forage par rapport au niveau du château ;
    - Fourniture et installation d’une armoire électrique pour les commandes ;
    - Aménagement de la voie d’accès au forage ;
    - Pose des canalisation canalisations.
  • Réhabilitation des équipements existants 
    - Réparation de l‘étanchéité du château d’eau ;
    - Reprise des équipements de traitement de l’eau ;
    - Reconstruction du local de la station de traitement et la clôture.
  • Organisation des services de gestion et d’exploitation
    - Formation et accompagnement de la communauté villageoise dans le contrôle et l’optimisation des services d’eau potable (Comité de gestion des points d’eau CGPE) ;
    - Renforcement du réseau de desserte ;
    - Capitalisation des actions sous forme d’outils fonctionnels de gestion de l’eau potable de la circonscription ;
  • Accompagnement du projet
    - Renforcement de la maîtrise d’ouvrage ;
    - Formation des acteurs privés ;
    - Sensibilisation des populations.
Résultats
  • Les équipements d’approvisionnements sont construits et fonctionnels 
    - Le forage est équipé et couvre à 100% les besoins en eau de la population ;
    - Le volume d’eau consommée croit régulièrement 20% chaque année ;
    - 10 000 personnes ont quotidiennement accès à l’eau potable ;
    - 1500 branchements privés réalisés ;
    - 10 bornes fontaines sont implantées ;
    - 3 600 ménages disposent d’équipements sanitaires.
  • La desserte est assurée de manière permanente
    - 100 % de la demande du village est satisfaite ;
    - les bornes fontaine sont doublées ; 4 bornes fontaines existantes sont réhabilitées et 3 nouvelles bornes fontaines sont implantées portant le nombre à 8.
  • Le taux de branchement et de consommation s’améliore 
    - Le taux de branchement privé est satisfaisant : 50% des ménages possèdent un branchement ;
    - Le taux d’utilisation des bonnes fontaines est encourageant :100% des ménages ne possédant un branchement privé s’approvisionnent ;
  • La gestion et l’exploitation sont améliorés ; la maitrise d’ouvrage est renforcée
    - Le prix de vente de l’eau consommée est fixé au regard des dépenses engendrées par l’exploitation ;
    - Un contrat d’exploitation est signé avec une entreprise ;
    - L’équipe de gestion bénéficie de formations spécifiques et d’un encadrement ;
    - Les documents techniques de gestion sont tenus (facturation des abonnés, le livret de la tenue de chaque borne fontaine, les dépenses, etc.) ;
    - Un plan stratégique d’incitation au branchement mis en place ;
    - Le comité de gestion (CG) bénéficie d’une assistance et est capable de développer, suivre et contrôler l’exploitation.
Données clés

Mise en oeuvre  : 2019-2020
Population impactée  : 10 000 habitants
Budget total : 397 000 € 
Contribution de l’AIMF : 300 000 € dont 49 000 € de l’Agence de l’Eau Rhin Meuse
District Autonome d’Abidjan : 97 000€

GITEGA – Réhabilitation du marché de Kabasazi

La position de Gitega, au centre du réseau de transport national et international du pays favorise l’accueil d’échanges commerciaux entre les différentes régions. Spécialisé dans le commerce de produits alimentaires, le marché de Kabasaki, d’origine spontanée, posait des problèmes de précarité, de sécurité et d’hygiène importants. Sa réhabilitation vise l’assainissement du site, la construction de halles, l’éclairage par panneaux solaires, mais également un accompagnement des services municipaux pour la gestion, la tarification et le recouvrement.

 

Problématique et contexte

La ville de Gitega, chef lieu de la Province homonyme, est la seconde plus grande ville du Burundi après la capitale. Elle compte environ 100 000 habitants.

Au centre du réseau de transport national et international du pays, la position de la ville favorise l’accueil d’échanges commerciaux entre les différentes régions. Le commerce est l’une des activités principales de la population. Les activités commerciales sont concentrées sur la partie centrale de la ville, mieux structurée en termes de voirie et d’équipements.

Le marché de Kabasazi fait partie de l’ensemble « Marché central » de Gitega. Il fonctionne cependant dans un îlot autonome et est spécialisé dans le commerce de produits alimentaires, dont les fruits et les légumes. Son aménagement avant rénovation est d’origine spontanée et l’état physique général est non seulement précaire, mais pose également des problèmes de sécurité et d’hygiène.

 

Réalisations

- Réhabilitation du marché de Kabasazi : mettre hors d’eau la plateforme commerciale, construire deux halles commerciales
- Amélioration de l’accès des piétons, usagers du marché  : créer des trottoirs, améliorer le drainage existant autour de l’îlot
- Amélioration des conditions d’hygiène : construction de nouvelles latrines
- Amélioration de la sécurité de la zone  : éclairage, par panneaux solaires, des entrées et des allées du marché
- Appui technique à la commune pour en renforcer les capacités d’exercice de la maîtrise d’ouvrage  : appui méthodologique dans la sélection des bénéficiaires, de la tarification et du recouvrement, du mode de gestion du marché durable et conforme aux attentes de la population, etc.

 

Mise en œuvre et financement

Mise en œuvre : 2017 – 2019
Coût total du projet : 340 000€
Financement 
AIMF : 265 000€
Gitega : 60 000€
Agence de l’eau Rhin-Meuse : 15 000€

Banfora – Alimentation en eau de 22 villages

Lancé en avril 2010, le projet de Renforcement du système d’alimentation en eau potable et d’assainissement des 22 villages de la Commune de Banfora (Burkina Faso), financé par l’AIMF, la Commune de Banfora et l’Agence de l’eau Rhin Meuse, s’est achevé en 2013. La réalisation de 22 forages et la réhabilitation de 10 forages anciens aura permis de desservir en eau potable 10 200 personnes supplémentaires, faisant passer le taux de couverture en eau potable de 53 % à plus de 80%. 

Des équipements sanitaires ont par ailleurs été mis en place dans les écoles, les marchés, et auprès des familles. Un programme de formation à la gestion et à l’entretien des infrastructures d’eau et d’assainissement a été développé tout au long du projet. Enfin, le projet a permis de créer et structurer le service communal de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement au sein de la Direction des services techniques de la mairie. Une équipe permanente composée d’un coordinateur, de deux ingénieurs, d’un sociologue et d’un secrétaire, est dorénavant en charge d’en pérenniser les acquis et de mettre en œuvre la politique locale d’accès à l’eau et à l’assainissement.

 

Contexte

La commune de Banfora a été créée en 1959 et est devenue commune de plein exercice en 1960. Elle comprend environ 70 000 habitants. 22 villages ont été rattachés à la commune en avril 2006, suite à la réalisation du processus de décentralisation. Ils constituent la zone d’intervention du projet.

Les bénéficiaires du projet sont les 20 000 habitants des 22 villages identifiés. Ils sont composés de 51,60 % de femmes et de 48,4 % d’hommes. Ils sont marqués par une situation de grande pauvreté et une méconnaissance des enjeux liés à l’assainissement. Le projet concerne l’accès à l’eau et le dispositif d’accès à l’assainissement.

 

Objectifs

Objectifs généraux

  • Améliorer la situation sanitaire et l’hygiène de Banfora ;
  • Renforcer les capacités en gestion des projets liés à l’eau et à l’assainissement de la mairie.

 

Objectifs spécifiques

  • Améliorer l’accès à l’eau dans la zone cible ;
  • Améliorer durablement l’hygiène et l’assainissement dans la zone cible ;
  • Renforcer les capacités de gestion, d’organisation, de maîtrise d’ouvrage, de suivi évaluation des acteurs communaux et locaux.

 

Activités

1). Amélioration de l’accès à l’eau dans la zone cible

  • Consolidation du dispositif d’hydraulique rurale dans les villages : réalisation de forages équipés de pompes à motricité humaine, après sélection sur appel d’offre et formation d’entreprises locales.
  • Renforcement des capacités de gestion des systèmes d’eau par les associations villageoises : constitution et la formation des comités de gestion des points d’eau dans les villages ; rencontres inter villageoises sur le thème de l’eau ; mise en place de groupes mutuels de réparation des pompes et formation des réparateurs.

 

2). Amélioration durable de l’hygiène et l’assainissement dans la zone cible

  • Développement de l’accès à l’assainissement  : construction de latrines dans les 22 villages
  • Sensibilisation des populations aux enjeux liés à l’hygiène, à l’assainissement et à la maintenance des systèmes mis en place : organisation de séminaires de sensibilisation dans les villages, constitution et formation de comités de salubrité, formation des artisans maçons locaux à la construction des latrines.

 

3). Renforcement des capacités de gestion, organisation, maîtrise d’ouvrage et suivi-évaluation des acteurs communaux et locaux

  • Constitution d’une cellule communale de gestion du projet.
  • Tous les partenaires du projet sont réunis et formés aux aspects techniques et organisationnels de la gestion de projet dans le secteur de l’eau et de l’assainissement à l’occasion d’un séminaire organisé à Banfora.

 

Mise en œuvre et financement

Mise en œuvre : 2010-2013
Coût total du projet 550 000 €
Financement  :
AIMF : 440 000 € dont 100 000 € de l’Agence de l’eau « Rhin-Meuse »
Commune : 100 000 €
Usagers : 10 000 €
Partenaire : Agence de l’eau Rhin Meuse