PHNOM PENH – Etudes pour la structuration de la filière GBV

Dans un contexte d’investissement conséquent en matière d’assainissement, Phnom Penh décide de rejoindre en 2018 l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville pour mettre en œuvre les études et conditions cadres nécessaires à l’établissement de sa stratégie municipale de Gestion des Boues de Vidange (GBV).

Continue reading

YAOUNDE – Structuration de la filière de Gestion des boues de Vidanges

La Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), capitale du Cameroun, compte plus de 3 millions d’habitants. L’assainissement y est essentiellement autonome et les services de vidange, assurés par le secteur privé, sont rendus difficiles par la vétusté des camions et l’absence de site de traitement. Les boues de vidange sont ainsi déversées sans traitement, à l’extérieur de la ville ou dans les « bas fonds », zones basses inondables.

 

Les habitants de Yaoundé et tout particulièrement des quartiers populaires, font ainsi face à un risque sanitaire significatif. Depuis plusieurs années, la CUY, avec le concours du Gouvernement, a entrepris des investissements conséquents dans l’assainissement urbain. Elle rejoint en décembre 2017 l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville, devenant la première ville pilote du volet Gestion des Boues de Vidanges (GBV), pour initier et mettre en œuvre une stratégie spécifique à ce secteur.

L’autorité locale, pilote de la structuration de la filière

La CUY assure la maîtrise d’ouvrage à travers ses services techniques, et avec l’appui d’un bureau d’études transversal, Delvic-Era Cameroun. 
Son appui vient apporter des éclairages sur la situation actuelle du secteur, la planification stratégique et le dialogue avec les vidangeurs, parties prenantes de la démarche. L’objectif est de mieux encadrer la filière par la règlementation, de faciliter l’implication des entreprises de vidange par un système de licences, et de développer des outils de monitoring et planification. 
En parallèle, la municipalité sera appuyée dans sa gestion des contrats d’exploitation des toilettes publiques, introduisant des innovations pour améliorer la rentabilité et assurer la prise en charge des vidanges. 
La CUY s’est entourée de nombreux partenaires et coordonne leur intervention sur son territoire. Les apports institutionnels, techniques et financiers des différentes parties prenantes sont une garantie d’efficacité et de durabilité des actions.

Objectifs du projet
 
  • Outiller la Communauté urbaine de Yaoundé pour le développement d’une stratégie municipale de Gestion des Boues de Vidange réaliste, concrète et évolutive
  • Mettre en œuvre la première station de traitement des boues de vidange de la ville et pérenniser son fonctionnement
  • Améliorer les performances des entreprises de vidange
  • Mettre en œuvre et en exploitation des toilettes publiques modèles, comme pilote pour le maillon « accès » de la chaîne.
Quelques chiffres
 

Durée du projet : 38 mois (2018/2021)
Budget  : 4,3 M€ 
Impact : 3 200 000 habitants couverts par les services de vidange 
200 000 impactés directement
200 m3 de boues vidangées quotidiennement
Le projet contribue à l’atteinte des ODD à l’échelle locale (1, 6, 9, 13)

Maîtrise d’ouvrage : Communauté Urbaine de Yaoundé 
Assistance à maîtrise d’ouvrage et financière : Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) 
Partenaires techniques et financiers : Fondation Bill & Melinda Gates, Syndicat Interdépartementale pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP), Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN), Agence Française de Développement (AFD) à travers la Deuxième phase du Projet d’Assainissement de Yaoundé (PADY 2)

MAHAJANGA – Extension de la filière assainissement

La ville de Mahajanga à Madagascar connaît une situation sanitaire difficile, en particulier dans la portion dense et populaire du vallon Metzinger. Pour faire face à cette situation, elle a engagé la mise en place de services de gestion de boues de vidange et d’assainissement. En mobilisant l’appui technique et financier de l’IRCOD, du SIAAP et de l’AESN, l’AIMF soutient la municipalité pour l’extension de la filière et de l’accès public et privé à l’assainissement.

 

Problématique et contexte

La Commune urbaine de Mahajanga (CUM), ville portuaire du nord-ouest de Madagascar, comprend 250 000 habitants. Elle est composée de 2 ensembles différents séparés par un vallon naturel, le « Vallon Metzinger ». Ses abords, qui regroupent près la moitié de la population de la ville, connaissent une situation sanitaire particulièrement critique. Ancien bras de mer et zone inondable initialement déclarée inconstructible, elle concentre un habitat spontané très dense et dépourvu de système d’assainissement adapté, constituant un foyer régulier d’épidémies, telles la peste et choléra. La très forte densité et la saturation de l’espace rendent cette zone difficilement réaménageable.

Entre 2013 et 2016, la municipalité a mis en place, avec l’appui de l’IRCOD, d’Enda Océan Indien et de l’Union européenne, un programme ciblant la pré-collecte des déchets ménagers, l’accès aux toilettes hygiéniques et le développement système de gestion des boues de vidange (station de traitement et opérateur de vidange et de traitement). Forte de la réussite de ce programme d’investissement, la Mairie a sollicité l’AIMF pour renforcer ces acquis par un projet d’extension de la filière assainissement à travers sa structuration, l’innovation et le développement des compétences locales.

 

Réalisations

 

  • Amélioration de la connaissance de la problématique sanitaire du vallon Metzinger et proposition des scénarios d’intervention
    • Analyser les causes des problèmes et proposer des actions pour les résoudre, via la réalisation d’études techniques.
    • Appui en expertise
  • Renforcement de la maitrise d’ouvrage communale
    • Formation et accompagnement de la municipalité dans le contrôle et l’optimisation des services d’assainissement (GSP)
    • Développement du schéma directeur d’assainissement et sa prise en main par la commune
    • Capitalisation des actions sous forme d’outils fonctionnels de gestion de l’assainissement dans la ville
  •  Renforcement et extension du service de gestion des boues de vidange
    • Mise en place des équipements permettant d’étendre la desserte (vidange manuelle et camion), doublant la capacité de collecte-traitement, permettant de répondre à 100% de la demande et de traiter de façon pérenne 100% des effluents apportés.
    • Mise en place des équipements de valorisation des boues (compost, charbon) pour développer la filière.
  •  Amélioration des équipements sanitaires
    • Construction de 28 blocs de toilettes publiques, augmentant le taux d’équipement de 35% et impactant 16 800 personnes par jour
    • Construction de 300 latrines familiales sur l’ensemble de la ville, impactant 3600 ménages
    • Sensibilisation de la population

 

Mise en œuvre et financement

Mise en œuvre : 2018-2021 (3 ans)
Coût total du projet  : 1 360 000 € 
Financement 
AESN : 600 000 €
SIAAP : 384 000 €
AIMF : 302 000 €
Ville de Mahajanga : 42 500€
Bénéficiaires : 31 500€

Bangangté – Maîtrise d’ouvrage durable des services d’eau et d’assainissement (MODEAB)

Entre 2011 et 2014 , la Commune de Bangangté avec ses partenaires techniques et financiers, a mis en œuvre un programme pour améliorer les conditions d’accès à l’eau et à l’assainissement des populations de son territoire. Au-delà de l’investissement très important en réhabilitation et en création d’infrastructures, ce projet a permis renforcer durablement les compétences des services techniques locaux et d’inventer un modèle de gestion adapté au contexte.

 

Le programme a été conçu pour répondre au principal objectif de la décentralisation initiée par le Gouvernement camerounais en 2010 : l’amélioration des prestations de services publics aux populations. Ce processus s’accompagne d’une politique sectorielle qui se veut ouverte aux initiatives locales et prévoit notamment le transfert de la promotion, du financement et de la gouvernance des systèmes d’eau et d’assainissement vers les communes et communautés urbaines.

 

Les réalisations
  • INFRASTRUCTURES

    7 réseaux d’eau potable Scan Water réhabilités
    – Vérification de l’état de disponibilité de la ressource
    – Nouveaux forages et aménagements de sources
    – Remise en service de stations de traitement (filtration et désinfection)
    – Réfection des châteaux d’eau
    – Réhabilitation des réseaux, des bornes fontaines et de branchements particuliers
    – Sécurisation de l’ensemble des équipements

    15 blocs de latrines écologiques installés dans les écoles et les marchés de la Commune

  • GESTION DES INFRASTRUCTURES

    Un Service Public de l’Eau (SPE) et de l’Assainissement de la Commune de Bangangté a été créé. Il est aujourd’hui fonctionnel : 3 agents communaux ont été formés spécialement à ces tâches.Pour le volet eau, un schéma organisationnel concerté a été mis en place, à plusieurs niveaux. Au niveau de la commune, il mobilise la Mairie de Bangangté, la Régie Communale de l’Eau, et le Comité communal de l’eau et de l’assainissement. Au niveau de chaque groupement, ce schéma mobilise les comités des usagers de l’eau, les exploitants, les maintenanciers, et les usagers.Pour le volet assainissement, des acteurs complémentaires assurent la pérennité des infrastructures : les Comités d’éducation à l’environnement dans les écoles et les gestionnaires des latrines des marchés.

 

Une démarche réplicable, reconnue et efficace

🏆 Prix d’Excellence des Nations Unies pour le Service Public 2014
Prix décerné par le Département des Affaires Économiques et Sociales des Nations Unies
Catégorie : Amélioration de la Prestation de Services en Afrique
Lauréat pour la pérennité des systèmes de gestion des infrastructures mis en place

🏆 Prix National FEICOM des Meilleures Pratiques de Développement Local 2012
FEICOM : Fonds Spécial d’Équipement et d’Intervention Intercommunale du Cameroun
Catégorie : Hygiène et salubrité
Premier prix pour l’installation de latrines écologiques dans les écoles et marchés

 

Les acteurs du programme

Maître d’ouvrage : Commune de Bangangté
Assistant à maîtrise d’ouvrage : AIMF
Partenaires techniques et financiers : fondation Veolia, Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP) et Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN)
Animation citoyenne par une ONG locale : Environnement Recherche Action (ERA) Cameroun

 

Calendrier et financement

Mise en œuvre : 2011-2014 (3 ans et ½)
Budget total : 1,348 million d’euros
AIMF : 480 000 euros
Ville de Bangangté : 80 900 euros
Fondation Véolia : 350 000 euros
Agence de l’eau Seine Normandie : 250 000 euros
SIAAP : 188 000 euros

CASABLANCA – Eau et assainissement de 25 villages

Mené de 2011 à 2014 dans le cadre de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain, le programme soutenu par Casablanca, l’AIMF et ses partenaires a ciblé l’alimentation en eau et l’assainissement du quartier de Laharaouiyine Nord. La plus-value de la démarche réside dans l’accompagnement spécifique apporté aux populations tout au long du programme, ainsi que du partenariat public-privé dont il a fait l’objet.

Continue reading