DSCHANG – Etudes pour la structuration de la filière GBV

La ville de Dschang, chef-lieu du Département de la Menoua, compte plus de 160 000 habitants. Le secteur de la vidange des fosses est caractérisée par des tarifs élevés et une qualité de service faible, avec des conséquences directes sur la qualité de vie des populations et sur l’environnement.

Dans ce contexte, la Commune avait mis en place un service de vidange en régie il y a une dizaine d’années mais faute de stratégie adaptée, l’expérience ne fut pas concluante. Cet enjeu demeure une préoccupation majeure pour la ville qui souhaite développer des alternatives aux services actuels. Fin 2018, Dschang a rejoint l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville pour mettre en œuvre les études et conditions cadres nécessaires à une stratégie de Gestion des Boues de Vidange (GBV) pour les communes du Département de la Menoua. Aux côtés de l’AIMF et de la Fondation Bill & Melinda Gates, Nantes Métropole est partenaire du programme.

 

Une stratégie de gestion de la filière à l’échelle de la Ménoua

En 2018, les communes de Dschang, Fongo-Tongo, Nkong-Zem, Fokoué, Penka-Michel et Santchou ont créé le Syndicat des Communes de la Menoua (SYCOME), intercommunalité dont l’assainissement est le secteur prioritaire d’intervention. Les études GBV sont ainsi menées à l’échelle du département, pour développer une stratégie concertée entre les 6 villes.

La stratégie comportera des propositions chiffrées pour le développement de projets concrets, dans leurs composantes institutionnelles, d’organisation, et de mise en œuvre de solutions adaptées pour le traitement, en cherchant notamment à intégrer la filière de gestion des déchets solides, déjà structurée sur le territoire. Retour ligne automatique
La Commune de Dschang assure la maîtrise d’ouvrage du projet à travers son Agence Municipale de Gestion des Déchets (AMGED) et développe sa stratégie avec l’appui d’Era Cameroun, de Waste Water Research Unit, de l’Université de Dschang et de consultants indépendants.

 

Objectifs des études

- Réaliser un diagnostic du secteur de la GBV dans la Menoua : études socio-économiques et techniques, caractérisation du marché de la vidange, caractérisation des boues, évaluation des blocs sanitaires, avant projet sommaire pour une station de traitement ;
- Accompagner la mise en œuvre d’une stratégie municipale GBV : plans d’actions priorisées, zonées et chiffrées, stratégie pour les plus pauvres, indicateurs et outils de suivi-monitoring de la filière, schéma organisationnel, synthèse cartographique et SFD ;
- Mise en place d’un environnement favorable au développement de la filière  : développement de stratégies anti-monopolistiques et en partenariat public-privé, renforcement du dialogue entre la municipalité et les vidangeurs.

 

Données clés

- Mise en œuvre : 18 mois (2019-2020)
- Budget : 58 000€
- Bénéficiaires : 160 000 habitants concernés par l’amélioration de la filière GBV de la ville de Dschang
- Maîtrise d’ouvrage : Commune de Dschang
- Assistance à maîtrise d’ouvrage et financière : AIMF
- Partenaires techniques et financiers : Fondation Bill & Melinda Gates, Nantes Métropole.

Accès durable à l’eau potable et à l’assainissement à Dschang

Mené en 2014 et 2015 sur un cofinancement AIMF / Agence de l’eau Loire Bretagne / Nantes / Dschang, le projet d’accès durable à l’eau potable et à l’assainissement a Dschang a permis à la fois la mise à niveau des infrastructures et le renforcement des capacités de gestion. 

 

Contexte

Le projet a été conçu pour répondre au principal objectif de la décentralisation initiée par le Gouvernement camerounais en 2010 : l’amélioration des prestations de services publics aux populations. Ce processus s’accompagne d’une politique sectorielle qui se veut ouverte aux initiatives locales et prévoit notamment le transfert de la promotion, du financement et de la gouvernance des systèmes d’eau et d’assainissement vers les communes et communautés urbaines.

Réalisations

Le projet a permis la construction de 55 bornes fontaines et l’amélioration des infrastructures de captage des eaux, au bénéfice direct de 15 000 personnes.

Deux centres de santé ont pu être raccordés aux services d’eau potable et d’assainissement. 
Afin d’assurer la durabilité des investissements sur le territoire communal, l’Agence Municipale de l’Eau et de l’Energie, qui assure la maîtrise d’œuvre du service, a été renforcée et un Comité municipal de coordination de la stratégie a été mis en place.

22 nouveaux comités locaux de gestion ont été formés et équipés pour assurer l’entretien des ouvrages d’eau et d’assainissement.

50 artisans locaux ont été formés à la technique de construction des latrines écologiques.

Des séances de sensibilisation à l’hygiène de l’eau et à l’assainissement ont bénéficié aux élèves de 16 établissements scolaires et aux populations de 15 villages.

Mise en œuvre et budget

Mise en œuvre : 2014-2015
Budget total : 396 500 euros
Financement
AIMF : 250 900 euros
Nantes / Agence de l’eau Loire Bretagne : 125 600 euros
Dschang : 20 000 euros