Skip to content

Marseille : le projet d’une cité du cinéma se concrétise

Partagez cet article

Grâce à un plan de 22,5 millions d’euros, l’objectif est de faire de Marseille la capitale méditerranéenne du cinéma ! La création d’une antenne de la Cinémathèque française, d’une école de cinéma et de nouveaux studios de tournage devraient être formalisés.

En visite 2 jours dans la Cité phocéenne, la ministre de la culture, Rima Abdul Malak, a détaillé lundi 9 janvier le volet cinéma du plan « Marseille en grand ».  » L’idée est de faire de Marseille la capitale méditerranéenne du cinéma et du tournage« , a-t-elle déclaré lors de la signature d’un protocole entre l’État, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), la ville et la métropole Aix-Marseille-Provence.

Dans un premier temps, 4 projets de nouvelles infrastructures de tournage et de formation seront poussés et financés à hauteur de 22,5 millions d’euros par l’État :

  • la création d’une base logistique pour les tournages : un besoin urgent à Marseille, qui avec 1 200 jours de tournage par an, est la ville de France la plus filmée après Paris.
  • la création d’une antenne de la cinémathèque française à Marseille : elle sera un relais de celle de Paris, ayant accès à toutes ses bases de données et pouvant accueillir des expositions, des ateliers de formation ou de sensibilisation. Comme pour la Cinéfabrique, elle prendra ses quartiers dans les bâtiments Des docks des suds.
  • la modernisation du Pôle média de la Belle-de-Mai : bâtiment de Marseille consacré aux activités de l’image, du son et du multimédia dans le quartier de la Belle de Mai.
  • la création d’une antenne de la CinéFabrique : une école de cinéma créée à Lyon, très professionnalisante et qui met la mixité sociale au cœur de son projet.

A Marseille,  » la lumière, les décors naturels, les gens (…), tout saute aux yeux« , a estimé le Maire Benoît Payan qui, comme les autres élus locaux, n’a pas manqué de superlatifs pour remercier le gouvernement de l’attention qu’il porte à la 2ème ville de France à travers son plan « Marseille en grand« , qui souhaite recoudre la grande ville la plus pauvre de France sur tous les plans, des écoles aux transports en passant par la culture.

 

 

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Porté par les villes du Cap-Haïtien et de la Nouvelle Orléans, le CMPCH sera un espace ouvert aux habitants, qui fera vivre la mémoire de l’esclavage mais aussi des liens historiques qui existent entre Haïti, la Louisiane et l’Afrique notamment le Bénin.

Collaborer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Gouvernance

Découvrez d’autres articles et contenus autour de notre thématique

Abonnez-vous
à la lettre d'actualités