• Valeurs
    en ville

  • Gouvernance
    des territoires

  • Solidarité
    internationale

Actualités

  • Pour soutenir les villes face à la crise sanitaire et à ses conséquences, le Bureau de l’AIMF réuni le 17 avril dernier a adopté un plan d’appui de 1.35 million d’euros. Focus sur le programme soutenu en Côte d’Ivoire.

    A Abidjan : équipement de centres de santé municipaux en masques et matériels sanitaires
    Alors que les centres de santé municipaux sont particulièrement mobilisés pour la sensibilisation et l’appui aux populations face au Covid-19, un appui spécifique a été apporté aux 26 centres de Yopougon et d’Attécoubé pour qu’ils disposent d’équipements sanitaires adaptés.
    Cet appui en matériel a été facilité par l’existence d’une coopération active entre le District d’Abidjan et l’AIMF en matière de santé publique, dans le cadre de l’ISSV/ Initiative pour la Santé et la Salubrité en ville, menée avec la Fondation Bill & Melinda Gates et la Ville de Paris

    A Man, Odiénné, San Pedro : appui aux programmes en faveur des populations
    Avec un cofinancement de l’Union européenne, l’AIMF et l’ARDCI (Assemblée des Régions et Départements de Côte d’Ivoire) mettent en place un programme d’appui à l’insertion socio-économique des jeunes, ciblé sur Man, Odienné et San Pédro.
    Face à la crise, le programme a permis de dégager un appui exceptionnel pour ces trois territoires. Des actions ont ainsi été menées pour la sensibilisation des populations, et une aide financière a été apportée pour la fourniture de vivres et de masques.

    Un appui en cohérence avec le plan national de riposte
    Les actions soutenues s’inscrivent en cohérence avec le plan national de riposte, à la mise en œuvre duquel les autorités locales sont associées. En effet suite à un travail de plaidoyer, l’ARDCI a été invitée par le Ministre de l’Economie et des Finances à siéger au Comité de gestion du Fonds spécial de solidarité et de soutien d’urgence humanitaire, et au Comité de Gestion du Fond d’Appui aux Acteurs du secteur informel face au Covid 19.

  • La Maire de Dakar, Mme Soham El Wardini, et ses partenaires l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), la Ville de Montréal et l’École des Entrepreneurs du Québec (EEQ), lancent officiellement ce 27 mai 2020 le Projet de renforcement de la Couveuse d’Entreprise pour la Promotion de l’Emploi par la Micro-entreprise (CEPEM) de la Ville de Dakar.

    Dans la suite des activités déjà engagées par la couveuse depuis sa création, cette initiative permettra aux 50 jeunes de cette deuxième promotion de la CEPEM de développer leurs compétences entrepreneuriales à travers un parcours accompagné en partie par l’EEQ. Un dispositif qui permettra aux jeunes dakaroises et dakarois d’améliorer leurs chances de succès dans le développement de leurs entreprises, tout en contribuant à l’activité économique de la capitale sénégalaise et à la promotion de l’emploi et de la création de la richesse au Sénégal.

    Cette coopération entre deux villes membres de l’AIMF, Dakar et Montréal, est soutenue financièrement par le réseau des maires francophones.

    « Nous sommes honorés par ce partenariat entre les villes de Dakar ; de Montréal et l’EEQ dans le cadre du lancement des activités de la CEPEM. La ville de Dakar affiche des ambitions fortes dans la formation des entrepreneurs, le développement des TIC et la création d’un écosystème durable et favorable à l’éclosion des initiatives entrepreneuriales, que nous soutenons », se réjouit Mme Soham El Wardini, maire de Dakar.

    « Je me réjouis de cette belle initiative de coopération internationale entre Montréal, Dakar, l’Association internationale des maires francophones et l’École des entrepreneurs du Québec. Ces jeunes dakaroises et dakarois pourront démarrer une activité économique et renforcer leurs capacités entrepreneuriales, tout en faisant la promotion de l’emploi dans leur pays. Ce projet est une concrétisation de l’Entente d’amitié et de coopération, signée en 2015 mais aussi un bel exemple de collaboration entre Montréal, Dakar et la grande famille de la francophonie », a déclaré la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

    Les partenaires estiment que c’est en travaillant ensemble pour soutenir la jeunesse, la création de richesse et les membres de la francophonie que les villes pourront contribuer à la réduction du chômage, tout en favorisant la création et la pérennisation de micros et petites entreprises. C’est d’ailleurs dans un souci de pérennisation que les entrepreneurs de la première promotion bénéficieront également d’un accompagnement dans le cadre de ce projet.

    « Cette initiative en faveur de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes est tout à fait emblématique de la force de la coopération francophone des territoires, qui dépasse largement l’institutionnel. Une coopération qui a un impact direct sur les populations, mais aussi sur la dynamique des territoires. Car si ce programme permet d’accompagner des projets individuels d’entrepreneuriat, il vient aussi leur donner un sens collectif en marquant l’engagement de la ville de Dakar en faveur de l’entrepreneuriat local, social et solidaire. », a déclaré le Secrétaire permanent de l’AIMF, M. Pierre Baillet.

    M. Michel Fortin, directeur de l’École des entrepreneurs du Québec, de souligner : « Nous sommes heureux de participer à ce projet de coopération entre Dakar et Montréal, et plus largement à tout un réseau de villes internationales francophones, en apportant notre expertise dans la formation et l’accompagnement d’entrepreneurs et de conseillers / formateurs, au service du développement économique entrepreneurial. »

    Pour de plus amples informations sur la CEPEM : www.cepem.sn

  • C’est avec joie que nous partageons aujourd’hui la nouvelle de la libération du Maire de Bamako Adama Sangaré.

    Les membres du Bureau ont témoigné pendant ces longs mois leur soutien et leur engagement à ses côtés.

    > Résolution adoptée lors du 39ème Congrès de l’AIMF

  • 16 mai - Célébrons le Vivre-ensemble

    Le 16 mai, nous célébrons la Journée internationale du vivre-ensemble en paix (JIVEP). En portant les valeurs de tolérance, d’ouverture à l’autre, de multiculturalisme, les Maires jouent un rôle déterminant pour renforcer les solidarités plus que jamais nécessaires en cette période de crise. Aux côtés de l’Observatoire international des maires sur le Vivre-ensemble, coordonné par la ville de Montréal et qui anime la Commission permanente Vivre-ensemble de l’AIMF, les Maires francophones se mobilisent en ce 16 mai. Consultez le Manifeste Mieux vivre ensemble : une réponse clé à la crise sanitaire (...)
  • Pour soutenir les villes face à la crise sanitaire et à ses conséquences, le Bureau de l’AIMF réuni le 17 avril dernier a adopté un plan d’appui de 1.35 million d’euros. Focus sur le programme soutenu au Cameroun.

    Avec Yaoundé, élargir le plan de préparation aux urgences de la CUY aux enjeux sanitaires

    Dans le cadre de l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville (ISSV) menée en partenariat avec la Fondation Bill & Melinda Gates, la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY) et l’AIMF travaillent depuis plusieurs mois sur la préparation aux situations d’urgence, avec une orientation forte sur les urgences récurrentes et prévisibles.

    Les mécanismes de concertation entre les différents intervenants (communes d’arrondissement, ministères, ONG…) déjà mis en place ont pu être activés et adaptés pour répondre plus spécifiquement à la crise du Covid-19. Conjointement, la CUY et ses partenaires ont élaboré un plan d’action dont la mise en œuvre est financée par l’AIMF et qui s’inscrit en complémentarité avec les autres acteurs. Ce plan prévoit notamment :

    - La désinfection de 3 principaux marchés et deux gares routières (incluant la désinsectisation et la dératisation)
    - La fourniture de dispositifs de lavage de mains de grande capacité, destinés aux lieux publics de forte affluence
    - La mobilisation de 300 volontaires qui seront formés par le Ministère de la santé et déployés pour sensibiliser et informer la population dans 3 marchés de grande surface et 2 gares routières.

    Enfin, en s’appuyant sur les supports de travail déjà en production dans le cadre de la coopération sur l’urgence, une analyse cartographique des interventions des différents acteurs est en cours ; elle constitue un outil de pilotage précieux pour la CUY, qui peut ainsi mieux cibler la répartition de l’aide en lien avec des intervenants variés.

    Avec le Réseau des Maires Camerounais pour l’ESS : soutenir la coopération entre coopératives et autorités locales pour équiper les populations en matériels de protection, et maintenir les activités économiques locales

    La crise sanitaire affecte fortement les petites activités génératrices de revenu, en particulier celles des jeunes et des femmes. Avec le Réseau des Maires Camerounais pour l’ESS et en lien avec les coopératives locales regroupées dans le RELESS, l’AIMF appuie une coopération entre ESS et autorités locales qui permet de renforcer l’accès aux masques et dispositifs de lavage des mains, tout en soutenant l’activité économique locale. In fine, cette action renforce la dynamique de commande publique responsable déjà engagée.

    Dans le cadre de l’opération « 5 000 000 de masques contre le COVID-19 au sein des RELESS », est prévue l’acquisition, auprès des coopératives, de 75 000 masques destinés aux populations les plus exposées des communes membres du REMCESS. Six régions du Cameroun sont concernées : Centre, Littoral, Nord, extrême-Nord et Est. Une coopération avec les jeunes permettra également l’acquisition de 320 dispositifs de lave-main (containers 100L réutilisables), de 25 000 savons, et 250 cartons de gels hydroalcooliques. La distribution s’accompagne de mesures de sensibilisation auprès des populations les plus exposées.

    A Bangangté, un programme en direction des populations qui s’appuie sur des multi-partenariats

    La municipalité de Bangangté répond à la crise du Covid-19 à travers un programme élargi, mené en lien avec le Réseau des Princesses et Reines Maires du Ndé, inititulé « Covid 19 : Mesures d’accompagnement humanitaires, sanitaires et économiques des populations dans les villes du Ndé ».

    C’est dans ce cadre que ce réseau a sollicité l’appui de l’AIMF autour de 5 piliers :
    - Renforcement des mesures de prévention, d’hygiène et d’accès à l’eau potable
    - Soutien aux capacités humaines et matérielles des structures sanitaires
    - Assistance aux population vulnérables
    - Soutien à l’économie locale par la promotion de l’entrepreneuriat des populations
    - Coordination de l’aide

    Afin de s’inscrire dans la continuité du partenariat engagé depuis 2006 entre la ville de Bangangté, l’AIMF et la Fondation Véolia autour du projet MODEAB puis FEDACAM, l’appui au plan Covid a fait appel à un financement conjoint.

  • Pour soutenir les populations les plus fragiles face à la pandémie du COVID-19 et à ses conséquences, la mairie d’Antananarivo avec la présidence de la République de Madagascar est engagée dans la distribution des aides gouvernementales : vivres ou aide financière en direction des plus vulnérables. Afin de faciliter et de sécuriser cette tâche, la Direction du Développement Numérique et des Systèmes d’Information de la Communauté Urbaine d’Antananarivo a développé, en interne, une application dédiée : E-Vatsy.

    La gestion de la distribution de cette aide impliquait pour la mairie de recenser les ménages vulnérables, potentiellement bénéficiaires de l’aide gouvernementale, et d’assurer la distribution des vivres dans un premier temps, puis directement des espèces, à ces milliers de ménages vulnérables dans le besoin

    Plusieurs difficultés se présentaient, depuis l’élaboration la plus fiable possible des listes de bénéficiaires, jusqu’à la gestion très opérationnelle de cette distribution.

    Sous l’impulsion du Maire, la Communauté Urbaine d’Antananarivo a développé en interne une application, E-VATSY, qui permet de faciliter, de sécuriser et de suivre les distributions.

    E-Vatsy permet de limiter les doublons (les listes sont propres, un bénéficiaire potentiel ne peut être répertorié q’une seule fois) et les distributions fantaisistes : l’opérateur de distribution clique sur un bouton pour vérifier et ensuite valider (avec horodatage) l’opération de distribution.

    Elle sécurise la distribution en permettant :
    - de rechercher un ménage bénéficiaire suivant une identification (pièce d’identité, numéro licence taxi...)
    - de vérifier les informations de la personne
    - de valider et d’horodater l’opération : le bénéficiaire ne peut accéder plusieurs fois à la même aide (le bouton est grisé si le ménage a déjà eu l’aide)

    Les bénéfices supplémentaires de l’application sont :
    - la normalisation des process administratifs
    - la rationalisation de l’aspect logistique : la CUA est passée de 500 personnes/jour en traitement papier à plus de 2.000/jour grâce à la digitalisation
    - la responsabilisation de la chaîne logistique et de traitement : celui qui clique (l’utilisateur a un login/pwd) est responsable, et un traçage des opérations est possible.

  • Appui aux villes face au #Covid-19 : Zoom sur le programme soutenu par l’AIMF à Madagascar

    Pour soutenir les villes face à la crise sanitaire et à ses conséquences, le Bureau de l’AIMF réuni le 18 avril dernier a adopté un plan d’appui de 1.35 million d’euros. Parmi les premières actions engagées, un appui aux communes malagasy. Equipement des personnels municipaux en masques barrière fabriqués par les artisans locaux Dans cette période de pandémie, les agents communaux continuent d’assurer les services publics et prennent en charge des missions supplémentaires de sensibilisation et d’accompagnement des populations. Services techniques, pompiers, polices municipales, bureaux municipaux de (...)
  • Paris / Bordeaux / Genève / Lausanne / Namur : un appui renforcé à l’AIMF pour une action solidaire face au Covid

    Alors que le Bureau de l’AIMF a adopté le 23 avril dernier un plan d’action de 1.35 millions d’euros pour soutenir les actions municipales face au Covid, certaines villes membres apportent un appui renforcé à l’AIMF pour soutenir son action. Dans cette période de crise, Paris, Bordeaux, Genève, Lausanne, et Namur réaffirment ainsi leur attachement à la solidarité de terrain portée à travers notre réseau.
  • Participez au Programme pour les leaders mondiaux confrontés au COVID-19

    Vital Strategies organise - dans le cadre du Partenariat Villes-Santé Programme pour les leaders mondiaux confrontés au COVID-19 - 2 webinaires par semaine, en anglais avec traduction simultanée en français. Vital Strategies souhaite élargir l’accès et en faire bénéficier les membres l’AIMF. Les organisateurs Vital Strategies est une organisation internationale qui rassemble des chercheurs, des experts et des spécialistes en stratégie, intervenant dans de nombreux domaines avec les gouvernements et les acteurs de la société civile dans la lutte contre les problèmes de santé publique tels que la (...)
  • De la résilience à la co-construction de la ville de demain, le rôle et les positions des Maires sont déterminants pour répondre à la crise sanitaire et préparer le monde d’après. Le Podcast #LesClésDeLaVille, réalisé pour l’AIMF par le Pr Lorenzo Kihlgren Grandi, nourrit leurs réflexions.

    Accéder sur Soundcloud / Spotify / Apple Podcasts /
    Stitcher

  • C’est avec joie que nous partageons aujourd’hui la nouvelle de la libération du Maire de Bamako Adama Sangaré.

    Les membres du Bureau ont témoigné pendant ces longs mois leur soutien et leur engagement à ses côtés.

    > Résolution adoptée lors du 39ème Congrès de l’AIMF

  • 16 mai - Célébrons le Vivre-ensemble

    Le 16 mai, nous célébrons la Journée internationale du vivre-ensemble en paix (JIVEP). En portant les valeurs de tolérance, d’ouverture à l’autre, de multiculturalisme, les Maires jouent un rôle déterminant pour renforcer les solidarités plus que jamais nécessaires en cette période de crise. Aux côtés de l’Observatoire international des maires sur le Vivre-ensemble, coordonné par la ville de Montréal et qui anime la Commission permanente Vivre-ensemble de l’AIMF, les Maires francophones se mobilisent en ce 16 mai. Consultez le Manifeste Mieux vivre ensemble : une réponse clé à la crise sanitaire (...)
  • Paris / Bordeaux / Genève / Lausanne / Namur : un appui renforcé à l’AIMF pour une action solidaire face au Covid

    Alors que le Bureau de l’AIMF a adopté le 23 avril dernier un plan d’action de 1.35 millions d’euros pour soutenir les actions municipales face au Covid, certaines villes membres apportent un appui renforcé à l’AIMF pour soutenir son action. Dans cette période de crise, Paris, Bordeaux, Genève, Lausanne, et Namur réaffirment ainsi leur attachement à la solidarité de terrain portée à travers notre réseau.
  • C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès de notre ami Boureima Kaboré. Haut cadre de la municipalité de Ouagadougou, cheville ouvrière de la transformation de le ville et de son rayonnement, il a marqué ses confrères du monde entier par la justesse de son analyse, sa technicité sans faille, son plaisir sincère à penser avec et pour les autres le développement de nos villes.

    De Douala à Lausanne, nous pleurons l’un des pionniers d’une expertise territoriale africaine internationalement reconnue, mais aussi un ami juste et fidèle.

    A sa famille et à ses proches, au Maire, élus et fonctionnaires de la municipalité de Ouagadougou, à ses collègues et amis des villes d’Afrique et d’ailleurs, nous adressons nos condoléances les plus attristées.

  • Le Bureau de l’AIMF réuni par visioconférence le 17 avril dernier a souhaité rendre un hommage appuyé à Gilbert Tsimi Evouna, ancien Délégué du Gouvernement auprès de la Communauté Urbaine de Yaoundé et membre du Bureau de l’AIMF en le nommant membre d’Honneur de l’association.

    D’abord Adjoint au Délégué du Gouvernement de 1987 à 2005, puis Délégué du Gouvernement de 2005 à 2020, il a accompagné pendant plus de 30 ans la vie de l’AIMF et le mouvement de la diplomatie des villes. En mars dernier, il a cédé sa place à Luc Messi Atangana, qui devient le premier Maire élu de la Communauté urbaine de Yaoundé, conformément à la loi du 24 décembre 2019 portant Code général des Collectivités Territoriales Décentralisées du Cameroun.

  • La 91ème réunion du Bureau de l’AIMF s’est tenue par visio-conférence ce vendredi 17 avril, sous la présidence de Mme Anne Hidalgo, Maire de Paris. Alors que les villes membres de tous les continents sont touchées par la crise du Covid-19, les Maires ont réaffirmé la nécessité de répondre dans la solidarité à ce défi qui ne pourra être dépassé qu’ensemble.

    Cette rencontre a été l’occasion de faire le point sur la situation de leurs villes face à la pandémie, et sur les perspectives de sortie de crise. Le Pr Amadou SALL de l’Institut Pasteur de Dakar a apporté un éclairage essentiel sur la situation du coronavirus en Afrique.

    Dans l’esprit de la coopération de terrain qui caractérise l’AIMF, les Maires ont matérialisé leur solidarité à travers l’adoption d’un plan de soutien aux villes en lutte face à la pandémie. Ce programme d’action, doté d’un budget de 1.35 millions d’euros, sera structuré autour de 3 axes prioritaires :

    - L’appui à la gouvernance qui passera d’une part par l’échanges d’informations, d’outils et de méthodologies, et d’autre part par l’appui à la structuration des services municipaux pour faire face aux situations d’urgence.

    - Le soutien aux populations les plus vulnérables par la fourniture de produits de première nécessité, masques, dispositifs d’eau et d’assainissement individuels, produits de désinfection.

    - Le soutien aux systèmes de santé et aux soignants

    Comme pour l’ensemble des programmes soutenus par l’AIMF, cet appui sera accordé directement aux villes membres de l’AIMF, qui assureront la mise en œuvre des actions. Un effet levier est par ailleurs attendu de ce plan d’action, et le secrétariat permanent a été chargé de travailler à la mobilisation de ses partenaires traditionnels (Union européenne, Fondations, Agences de l’eau), avec pour objectif d’élargir ce cercle.

    En plus de ces mesures d’urgence, le Bureau a attribué des subventions d’un montant de 900 000 euros pour la poursuite de projets en cours en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement, d’électrification solaire, d’équipements sportifs et de modernisation des infrastructures scolaires.

  • A l’initiative de la Présidente de l’AIMF, des maires de villes métropoles et capitales francophones d’Afrique et d’Asie touchées par le COVID-19 ont échangé et partagé leur expérience le 3 avril de 12 h à 13 h 30.

    Les Maires d’Abidjan, Dakar, Ouagadougou, Kigali, Phnom Penh, Nouakchott, Antanananrivo, Dschang, Bobo Dioulasso, Kaolack, Rubavu, Bukavu, participaient à cette rencontre, les autres Maires des capitales étant retenus par d’autres obligations en cette période d’urgence. Le Docteur Philippe Klein, Médecin Chef de la Clinique internationale de l’Hôpital Union à Wuhan (Chine), a apporté son éclairage et témoigné de l’expérience chinoise.

    Il y a urgence à agir. Les besoins sont connus, ils portent sur le matériel médical, les masques, les protections pour le personnel soignant, les tests, médicaments, les vivres pour les plus démunis qui n’ont plus de source de revenu en raison du confinement, indispensable dans la lutte contre le COVID19, comme l’a rappelé le docteur Klein médecin venu de Wuhan pour témoigner de son expérience.

    Les Maires ont également demandé à l’AIMF d’être en pointe dans l’identification des solutions technologiques applicables sur leur territoire, et d’accompagner les villes dans leur mise en place en lien avec les techniciens et juristes pour assurer leur déploiement.

    Ils ont lancé un message d’alerte sur la gravité de la crise qui les touche et les menace. Dans le même temps ils ont insisté sur les valeurs qui doivent animer notre réseau dans l’accompagnement à la gestion de cette crise : le refus de l’attentisme et de la fatalité ; le refus du repli sur soi.

    L’AIMF s’est engagée à intégrer l’urgence que réclame cette situation dans sa stratégie de plus long terme portant sur la résilience des villes, les méthodes possibles de gestion de telles crises, la gouvernance et l’environnement à mettre en place pour susciter la confiance des populations, celle des partenaires internationaux, et des investisseurs.

    L’AIMF s’est aussi engagée à débloquer dans l’urgence un million d’euros, ayant vocation à co-financer des actions avec des partenaires publics et privés.

    Ce soutien concret permettra d’intervenir sur trois niveaux de priorités :

    I – L’accès à l’information, la diffusion des consignes sanitaires et du respect des gestes barrière et la coordination sur le terrain

    - 1) Informer les villes partenaires sur les connaissances de cette maladie en temps réel et de ses conséquences.

    - 2) Informer et sensibiliser les populations sur le respect des gestes barrières.

    - 3) Fournir des matériels de première urgence pour le respect des gestes barrières : masques, eau, savon, matériels de protection et de désinfection des espaces publics.

    - 4) Coordonner l’action des maires avec celle des centres nationaux de gestion de la crise.
    L’AIMF peut prendre en charge le salaire d’une personne placée sous l’autorité du Comité national de gestion de la crise pour les 3 prochains mois en vue d’assurer un support vis-à-vis des villes du pays, un correspondant COVID-villes. Ses missions seraient la diffusion de l’information aux maires, assurer des rapports quotidiens sur les remontées d’informations, conseils aux maires. Cette personne devrait être placée sous l’autorité du Comité de gestion de la crise, afin de coordonner les efforts et recevoir une brève formation, le cas échéant, sur place.

    - 5) Renforcer les capacités et l’appui technique aux municipalités dans la gestion des crises sanitaires avec, notamment la rédaction d’une méthode de lutte adaptée au contexte local.

    - 6) Identifier les acteurs du territoire susceptibles de jouer un rôle dans la lutte contre la pandémie et la gestion de crise.
    a. Soignants, médecins, infirmiers, aides-soignants, pharmaciens (association des médecins de la ville, association des internes en médecine, association des pharmacies, etc.)
    b. Relais d’information : médias
    c. Chefs traditionnels et chefs de quartiers
    d. Association de commerçants, producteurs, pêcheurs
    e. Association de jeunes, femmes, autres
    f. Sites industriels susceptibles de fournir des produits d’urgence pendant la crise en cas de pénurie : nourritures, médicaments, gels hydroalcooliques, masques (industries textiles)
    g. ONG nationales et internationales présentes sur le territoire

    - 7) Faciliter l’utilisation d’outils de télétravail et de suivi des populations.

    - 8) Soutenir des start-ups pour proposer des solutions.

    II – Le soutien au système de santé et aux soignants

    - 1) Mobiliser les services municipaux et dépendants de la mairie pour faciliter le travail des soignants : transport, hébergement, repas, gardes d’enfants.

    - 2) Equiper les centres de santé municipaux de matériels de protection.

    III – L’accès et le soutien aux populations les plus pauvres

    S’occuper des plus démunis avec les associations de terrain pour apporter des vivres.

  • #Port-Gentil : mesures prises face au Covid-19

    Le Maire de Port-Gentil (Gabon), Monsieur Gabriel TCHANGO, a annoncé les mesures suivantes pour faire face au #Covid-19 : Réaménagement des horaires de travail et instauration de turn-over des équipes municipales pour maintenir les services offerts aux usagers. Mise en place d’une Cellule de Veille Sanitaire Municipale. En collaboration avec la cellule de veille sanitaire pilotée par le Gouvernorat, elle sera chargée de coordonner les actions aux niveau des dispensaires. Si besoin est, la réquisition des dispensaires et des infirmiers sera de mise. Recherche et proposition de sites (...)
  • Jacques Oudin, initateur de la loi du 1% eau, nous a quittés

    Nous apprenons avec grande tristesse le décès de Jacques Oudin, Sénateur de Vendée. Avec André Santini, il a porté la loi du 6 février 2005 dite du « 1% Eau », qui a donné une impulsion massive à la coopération internationale pour l’eau et l’assainissement. A travers elle, une action déterminante est menée depuis 15 ans avec les villes et les agences de l’eau pour renforcer l’accès des populations à ces services essentiels. Nous souhaitons ici rendre un hommage appuyé à son engagement, et adressons à ses proches nos condoléances les plus (...)
  • La célébration du 50ème anniversaire de la Francophonie, ce 20 mars, nous rappelle l’importance de la solidarité locale comme internationale. L’action des Maires et des services municipaux sera majeure pour répondre à la crise et pour préparer notre avenir en commun. Face à ce défi​, restons ensemble.

  • Pour soutenir les populations les plus fragiles face à la pandémie du COVID-19 et à ses conséquences, la mairie d’Antananarivo avec la présidence de la République de Madagascar est engagée dans la distribution des aides gouvernementales : vivres ou aide financière en direction des plus vulnérables. Afin de faciliter et de sécuriser cette tâche, la Direction du Développement Numérique et des Systèmes d’Information de la Communauté Urbaine d’Antananarivo a développé, en interne, une application dédiée : E-Vatsy.

    La gestion de la distribution de cette aide impliquait pour la mairie de recenser les ménages vulnérables, potentiellement bénéficiaires de l’aide gouvernementale, et d’assurer la distribution des vivres dans un premier temps, puis directement des espèces, à ces milliers de ménages vulnérables dans le besoin

    Plusieurs difficultés se présentaient, depuis l’élaboration la plus fiable possible des listes de bénéficiaires, jusqu’à la gestion très opérationnelle de cette distribution.

    Sous l’impulsion du Maire, la Communauté Urbaine d’Antananarivo a développé en interne une application, E-VATSY, qui permet de faciliter, de sécuriser et de suivre les distributions.

    E-Vatsy permet de limiter les doublons (les listes sont propres, un bénéficiaire potentiel ne peut être répertorié q’une seule fois) et les distributions fantaisistes : l’opérateur de distribution clique sur un bouton pour vérifier et ensuite valider (avec horodatage) l’opération de distribution.

    Elle sécurise la distribution en permettant :
    - de rechercher un ménage bénéficiaire suivant une identification (pièce d’identité, numéro licence taxi...)
    - de vérifier les informations de la personne
    - de valider et d’horodater l’opération : le bénéficiaire ne peut accéder plusieurs fois à la même aide (le bouton est grisé si le ménage a déjà eu l’aide)

    Les bénéfices supplémentaires de l’application sont :
    - la normalisation des process administratifs
    - la rationalisation de l’aspect logistique : la CUA est passée de 500 personnes/jour en traitement papier à plus de 2.000/jour grâce à la digitalisation
    - la responsabilisation de la chaîne logistique et de traitement : celui qui clique (l’utilisateur a un login/pwd) est responsable, et un traçage des opérations est possible.

  • #Covid-19 : Paris propose un plan pour sortir du confinement

    La Maire de Paris, Anne Hidalgo, a proposé le 8 avril un plan pour sortir du confinement. Consultez tous les détails des mesures proposées dans le document en téléchargement ci-dessous.
  • Dans le cadre de la mobilisation nationale pour lutter contre l’infection au Coronavirus, devenue aujourd’hui une pandémie, Madame Soham El WARDINI, Maire de la Ville de Dakar, met en place une stratégie municipale de réponse venant ainsi en appui à l’effort entrepris par l’Etat du Sénégal.

    Aussi, a-t-elle décidé de :
    • Débloquer une somme de 100 millions de francs CFA en appui à l’Etat,
    • Désinfecter les établissements scolaires,
    • Désinfecter les marchés et autres lieux recevant du public,
    • Appuyer l’Etat dans la communication de masse,
    • Mettre l’ancien Centre de Dialyse de liberté 6, remis en état, à la disposition de l’Etat.

    Dores et déjà l’ensemble des structures de la ville recevant du public ont été fermées. Nous sommes entrain d’acquérir pour plus de 60 millions de matériel de protection destinés aux hôpitaux de Dakar. Chaque hôpital référencé par le Comité National recevra 10 millions de matériels.

    En outre la ville a dégagée 25 millions destinés à des opérations de désinfection des lycées et collèges et des établissements recevant du public sous sa compétence.
    Nous avons enjoint l’ensemble des structures de santé relevant de notre compétence, à savoir l’Hôpital Institut d’Hygiène Sociale, le Centre Hospitalier Abass NDAO, le Centre de Gériatrie et de Gérontologie de Ouakam, qui recevront également du matériel au prorata des hôpitaux référencés afin d’être prêts à servir les Dakarois en cas de besoin. Notre Centre de santé situé au rond point Liberté 6 sera également remis en état et mis à disposition. Notre action évoluera en fonction des besoins idoines.

    Madame le Maire lance également un appel à l’ensemble des Maires des communes qui composent la ville à se joindre à l’effort collectif. Elle invite aussi les régies publicitaires établies dans le périmètre de la ville et disponibles, à s’impliquer dans le cadre du déploiement de la communication destinée à l’ensemble des citoyennes et citoyens de Dakar.

    (Communiqué de la Ville de Dakar - 17 mars 2020)

  • A Carthage, Tunisie, 1ère course 100% féminine à l’occasion de la Journée Internationale des Droits de la Femme, ce 8mars 2020.

    Un moment exceptionnel pour consolider la valeur de l’égalité des sexes et pour mettre l’accent sur les avancées des droits des femmes en Tunisie qui les placent bien en avant dans le monde arabe. Cet événement qui survient 48 heures après l’attentat terroriste survenu à Tunis a aussi été un engagement contre l’extrémisme et le terrorisme.

    “Nous ne courrons pas avec Burka ou Burkini, et nous transpirons pour le prix élevé de la citoyenneté, pour l’amour de la Tunisie, quelles que soient ses différences et ses caractéristiques dans l’esprit olympique, avec fair-play et tolérance.” déclare Hind Chaouch, pilote de rallye tunisienne et marraine de cette manifestation.

    Bravo aux centaines de participantes à cet événement organisé par la Fondation Azdine Ben Yacoub, la Commune de Carthage, le Comité National Olympique Tunisien.

  • Renforcer les complémentarités entre femmes leaders et municipalité pour plus de dialogue, de cohésion sociale, et pour une autonomisation renforcée. C’est l’objectif poursuivi à travers la mise en place de la Fédération des Femmes Dynamiques de Yopougon.

  • Femmes leaders : la Mauritanienne Aissata Lam élevée au rang de Chevalier de l’Ordre national du mérite

    Aissata Lam, 33 ans, vient d’être élevée au rang de Chevalier de l’Ordre national du mérite par le président mauritanien, Mohamed Cheikh Ould Ghazouani, sur recommandation du ministère mauritanien des affaires étrangères. Originaire de Boghé, Aissata Lam est une femme d’influence, Présidente de la Jeune Chambre mauritanienne de Commerce, membre du Conseil consultatif de l’égalité femmes-hommes du G7, membre du conseil présidentiel français pour l’Afrique.
  • Semaine de l’Egalité à Genève

    A Genève, la Semaine de l’égalité impulsée par la municipalité est chaque année l’occasion de mettre sur le devant de la scène les enjeux de l’égalité femmes hommes et de la lutte contre les discriminations de genre.
  • Partenariat public privé : mise en place d’un centre international de production de logiciels de gestion dans la commune urbaine de Fianarantsoa

    Le protocole d’accord signé récemment entre la commune urbaine de Fianarantsoa et le groupe Manao permettra la mise en place d’un centre international de production de logiciels de gestion dans cette ville, en lien avec deux écoles d’informatique locales : l’ENI (Ecole Nationale d’Informatique) et l’EMIT (Ecole de Management et d’Innovation Technologique). Ce projet permettra de créer environ 200 emplois d’ici à cinq ans.
  • #Tunisie : Lancement du réseau des Femmes élues municipales

    Lancée à l’occasion de la Journée internationale des femmes, en présence de près de 200 femmes élues venant des différentes régions du pays et des représentants de la société civile et du gouvernement, ce réseau vise à renforcer le leadership féminin dans les processus de prise de décisions à l’échelle locale. Il a, également, pour objectif de développer l’environnement des femmes élues dans la pratique et la gestion des affaires locales, loin des tiraillements politiques.
  • Santé, vivre-ensemble, commerce : les enjeux transfrontaliers au cœur de l’AG de la Plateforme des Autorités Locales des Pays des Grands Lacs

    Santé et environnement, vivre-ensemble, commerce : les enjeux transfrontaliers se posent avec acuité dans la région des Grands Lacs. Réunis au sein de la Plateforme des Autorités Locales des Pays des Grands Lacs (PALPGL), les Maires sont mobilisés et apportent des réponses au plus près des populations. A l’occasion de leur 8ème Assemblée générale qui s’est tenue à Lubumbashi du 4 au 7 mars à l’invitation du Maire M. Ghislain Robert Lubaba, ils ont abordé ces questions en présence des hautes autorités, des institutions multilatérales concernées, des partenaires internationaux et des populations. SE (...)
  • #Plaidoyers - Les villes ont désormais un bureau dans la Genève internationale

    La Ville et le Canton de Genève lancent conjointement, avec l’appui de la Confédération suisse, une plateforme qui fera le lien entre ces collectivités locales et la Genève internationale : le "Geneva Cities Hub" (GCH).
  • 1er mars - Journée mondiale Zéro discrimination

    Pour le droit de chacun à mener une vie pleine et productive et à la vivre dans la dignité, la Journée mondiale Zéro discrimination est célébrée chaque 1er mars.
  • En Côte d’Ivoire, le 1er Forum du #Sénat avec les Collectivités territoriales se tient ces 17 et 18 février. Un cadre d’échange renforcé pour la décentralisation.

  • Le Président de l’Union des Comores, SEM Azali Assoumani, a reçu ce 22 janvier une délégation des Maires des Comores (Moroni, Cembenoi-Lac Salé, Mitsoudjé, Domoni) et des représentants de l’AIMF, dans le cadre de l’approfondissement du travail de rapprochement entre les villes de l’Océan Indien engagé depuis 4 ans.

    A cette occasion, le Président Azali a insisté sur l’importance qu’il accorde aux communes et à leurs Maires "qui ont toujours fait preuve de patriotisme en privilégiant le développement du pays". Le Chef de l’Etat a rappelé l’importance qu’il attache à l’appui qui sera apporté aux futurs élus locaux et agents territoriaux, notamment en matière de formation, afin de leur permettre de mettre en avant leurs compétences.
    Le Président a également fait part de son intérêt pour le rapprochement engagé par les collectivités locales de l’Océan Indien au sein de l’Association des Villes et Collectivités de l’Océan Indien (AVCOI).

    A cet égard, il a manifesté son soutien à l’AVCOI en vue de renforcer la solidarité et la coopération régionale.

    Enfin, le Président de la République a appelé toutes les instances régionales, notamment la Commission de l’Océan Indien, à soutenir et à accompagner l’association régionale dans la dynamique qu’elle a engagée.

    Alors que l’AVCOI a engagé depuis 4 ans, avec l’appui du Partenariat stratégique AIMF-Union européenne, une reprise ambitieuse de ses activités, ce soutien au plus haut niveau est un encouragement fort pour continuer son travail de mise en lien et de dialogue entre les villes de la sous-région.

    Lire le Communiqué de presse de la Présidence de la République

  • Cameroun : le Code général des collectivités territoriales décentralisées entre en vigueur

    Depuis plusieurs années, l’AIMF est très engagée pour le renforcement de la décentralisation au Cameroun, notamment à travers ses activités de plaidoyer qui ont été portées au parlement. La loi portant Code Général des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) a été promulguée le 24 décembre. Elle renforce l’autonomie des autorités locales avec un engagement de porter à au moins 15% des recettes de l’Etat aux CTD. Cette nouvelle étape du processus de décentralisation marque un pas important pour l’unicité des régions, et donc en faveur du vivre-ensemble et du multiculturalisme. L’AIMF reste mobilisée aux (...)
  • Les villes francophones d’Asie en réseau !

    A l’occasion de la 2nde Conférence des Villes d’Asie du Sud-Est qui s’est tenue à Phnom Penh (Cambodge), le 2 décembre 2019, les participants représentants les villes et administrations sous-nationales du Cambodge, du Vietnam et du Laos, ont franchi une étape supplémentaire dans la mise en place d’un réseau des villes d’Asie du Sud-Est, notamment avec l’adoption d’un plan d’action. Dès décembre 2017 en effet, les autorités sous-nationales d’Asie du Sud-Est, réunies dans le cadre du Partenariat Stratégique AIMF-UE, avaient souligné l’importance et la nécessité de créer un réseau des villes dans la région (...)
  • "Villes, gestion, protection et valorisation des données numériques urbaines", c’est le thème de la première réunion du groupe de Plaidoyer de l’AIMF sur les données numériques, qui se tient à la Délégation Wallonie-Bruxelles à Paris, le 7 et 11 novembre, dans le cadre du Partenariat stratégique AIMF-Union européenne.

    Les villes en effet confrontées, partout dans le monde, à l’augmentation de plus en plus rapide de la production de données numériques qui constituent tout à la fois une ressource pour l’amélioration des services urbains, leur efficacité, l’innovation ; un enjeu économique et d’attractivité du territoire ; un enjeu technologique, financier, et bien sûr un enjeu de société avec la problématique de la protection des données personnelles et de leur utilisation.

    Il y a donc un enjeu autour de la propriété des données, de leur accès, de leur diffusion, de leur utilisation, de leur gouvernance dans un environnement en évolution constante porté par le dynamisme et les capacités financières des géants du numérique.

    Plus de 80 participants venus de 15 pays sont attendus à cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre du Partenariat stratégique AIMF-Union européenne. Parmi eux, les Maires d’Annaba et de Constantine, en Algérie, le Président de la Chambre de Commerce d’Alger, le Délégué de la Communauté Urbaine de Yaoundé (Cameroun), le Maire de Bizerte (Tunisie), ainsi que plusieurs élus en charge de l’innovation représentant les villes de Montréal, Nantes, Marrakech...

    Les échanges seront nourris par les témoignages des élus et ceux de plusieurs spécialistes de ces questions, notamment le Directeur Adjoint de l’ANSSI, le Président de l’Instance Nationale de Protection des Données Personnelles de Tunisie et de l’Association francophone des autorités de protection des données personnelles, le Président de la SCET (Caisse des Dépôts), le Directeur de l’Ecole Urbaine de Sciences Po, le Directeur de la CNIL, la Directrice de Namur Innovative City Lab, ainsi que M. Carlos Moreno, envoyé spécial de Mme Anne Hidalgo pour le numérique. Les cadres territoriaux de Casablanca, Namur, Ouagadougou, Marrakech, Nantes, Bordeaux, les représentants du monde universitaire Sciences Po Paris, Université de Montréal, Chaire Eti Sorbonne, Institut Polytechnique d’Abidjan, Vice-Rectrice de l’Université de Namur, et les représentants du monde associatif et privé (Délégué général de la FING, PDG d’opendatasoft, Directeur Scientifique de Renault) participeront également aux travaux.

    Ces deux journées de travail permettront d’identifier les enjeux et auxquels les villes font face et des défis à relever en matière de gestion des données numériques urbaines. Elles aboutiront à l’adoption d’une feuille de route guidant l’action de l’AIMF dans ce domaine, avec un programme d’actions concrètes sur 24 mois.

  • Réaction suite à l’assassinat du Maire de Djibo

    C’est avec une profonde tristesse et une très grande inquiétude que nous avons appris l’assassinat du Maire de Djibo, Monsieur Oumarou Dicko, Député du Burkina Faso. Dans toutes les zones en crise, et particulièrement au Sahel, les Maires sont devenus des cibles vivantes. Leurs fonctions les placent en première ligne pour la gestion de ces crises et la protection des populations. De plus en plus nombreux sont ceux qui paient de leur vie cet engagement. Et dans ces moments douloureux se pose à nouveau la question du statut des élus, de leur protection juridique et sociale. Nos condoléances vont a (...)
  • Pour soutenir les villes face à la crise sanitaire et à ses conséquences, le Bureau de l’AIMF réuni le 17 avril dernier a adopté un plan d’appui de 1.35 million d’euros. Focus sur le programme soutenu au Cameroun.

    Avec Yaoundé, élargir le plan de préparation aux urgences de la CUY aux enjeux sanitaires

    Dans le cadre de l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville (ISSV) menée en partenariat avec la Fondation Bill & Melinda Gates, la Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY) et l’AIMF travaillent depuis plusieurs mois sur la préparation aux situations d’urgence, avec une orientation forte sur les urgences récurrentes et prévisibles.

    Les mécanismes de concertation entre les différents intervenants (communes d’arrondissement, ministères, ONG…) déjà mis en place ont pu être activés et adaptés pour répondre plus spécifiquement à la crise du Covid-19. Conjointement, la CUY et ses partenaires ont élaboré un plan d’action dont la mise en œuvre est financée par l’AIMF et qui s’inscrit en complémentarité avec les autres acteurs. Ce plan prévoit notamment :

    - La désinfection de 3 principaux marchés et deux gares routières (incluant la désinsectisation et la dératisation)
    - La fourniture de dispositifs de lavage de mains de grande capacité, destinés aux lieux publics de forte affluence
    - La mobilisation de 300 volontaires qui seront formés par le Ministère de la santé et déployés pour sensibiliser et informer la population dans 3 marchés de grande surface et 2 gares routières.

    Enfin, en s’appuyant sur les supports de travail déjà en production dans le cadre de la coopération sur l’urgence, une analyse cartographique des interventions des différents acteurs est en cours ; elle constitue un outil de pilotage précieux pour la CUY, qui peut ainsi mieux cibler la répartition de l’aide en lien avec des intervenants variés.

    Avec le Réseau des Maires Camerounais pour l’ESS : soutenir la coopération entre coopératives et autorités locales pour équiper les populations en matériels de protection, et maintenir les activités économiques locales

    La crise sanitaire affecte fortement les petites activités génératrices de revenu, en particulier celles des jeunes et des femmes. Avec le Réseau des Maires Camerounais pour l’ESS et en lien avec les coopératives locales regroupées dans le RELESS, l’AIMF appuie une coopération entre ESS et autorités locales qui permet de renforcer l’accès aux masques et dispositifs de lavage des mains, tout en soutenant l’activité économique locale. In fine, cette action renforce la dynamique de commande publique responsable déjà engagée.

    Dans le cadre de l’opération « 5 000 000 de masques contre le COVID-19 au sein des RELESS », est prévue l’acquisition, auprès des coopératives, de 75 000 masques destinés aux populations les plus exposées des communes membres du REMCESS. Six régions du Cameroun sont concernées : Centre, Littoral, Nord, extrême-Nord et Est. Une coopération avec les jeunes permettra également l’acquisition de 320 dispositifs de lave-main (containers 100L réutilisables), de 25 000 savons, et 250 cartons de gels hydroalcooliques. La distribution s’accompagne de mesures de sensibilisation auprès des populations les plus exposées.

    A Bangangté, un programme en direction des populations qui s’appuie sur des multi-partenariats

    La municipalité de Bangangté répond à la crise du Covid-19 à travers un programme élargi, mené en lien avec le Réseau des Princesses et Reines Maires du Ndé, inititulé « Covid 19 : Mesures d’accompagnement humanitaires, sanitaires et économiques des populations dans les villes du Ndé ».

    C’est dans ce cadre que ce réseau a sollicité l’appui de l’AIMF autour de 5 piliers :
    - Renforcement des mesures de prévention, d’hygiène et d’accès à l’eau potable
    - Soutien aux capacités humaines et matérielles des structures sanitaires
    - Assistance aux population vulnérables
    - Soutien à l’économie locale par la promotion de l’entrepreneuriat des populations
    - Coordination de l’aide

    Afin de s’inscrire dans la continuité du partenariat engagé depuis 2006 entre la ville de Bangangté, l’AIMF et la Fondation Véolia autour du projet MODEAB puis FEDACAM, l’appui au plan Covid a fait appel à un financement conjoint.

  • Appui aux villes face au #Covid-19 : Zoom sur le programme soutenu par l’AIMF à Madagascar

    Pour soutenir les villes face à la crise sanitaire et à ses conséquences, le Bureau de l’AIMF réuni le 18 avril dernier a adopté un plan d’appui de 1.35 million d’euros. Parmi les premières actions engagées, un appui aux communes malagasy. Equipement des personnels municipaux en masques barrière fabriqués par les artisans locaux Dans cette période de pandémie, les agents communaux continuent d’assurer les services publics et prennent en charge des missions supplémentaires de sensibilisation et d’accompagnement des populations. Services techniques, pompiers, polices municipales, bureaux municipaux de (...)
  • Le nouveau siège de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), construit avec l’appui financier de l’AIMF, de la Wallonie, et du Gouvernement du Bénin, a été mis en service ce vendredi 20 mars 2020 à Abomey-Calavi.

    La cérémonie s’est tenue en présence du Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale Monsieur Alassane SEIDOU, du préfet de l’Atlantique Jean-Claude CODJIA, de nombreux Maires, de la présidente du Réseau des Femmes Élues Conseillères au Bénin (REFEC) Lucie SESSINOU, et des partenaires.

    Ce nouveau siège, dont la construction prend en compte la nécessaire efficacité énergétique pour répondre aux enjeux environnementaux, permettra à la faîtière béninoise, particulièrement dynamique et qui évolue dans un contexte d’approfondissement de la décentralisation, d’améliorer l’accueil des Maires mobilisés autour des plaidoyers et actions collectives portées par les communes.

  • L’ANCB porte son plaidoyer pour plus de femmes sur les listes électorales

    Contribuer à réduire l’écart entre les hommes et les femmes au sein des conseils communaux à l’issue des élections communales et municipales de mai 2020. C’est l’objectif poursuivi par l’Association Nationale des Communes du Bénin, présidée par le maire Luc Sètondji ATROKPO en organisant du 11 au 12 février 2020 à Dassa, un atelier de sensibilisation et de plaidoyer pour un bon positionnement des femmes sur les listes électorales.
  • 75 jeunes entrepreneurs ont présenté ce 19 février leur projet entrepreneurial au comité d’agrément de la CEPEM, couveuse d’entreprise de la Ville de Dakar.
    50 d’entre eux seront accompagnés par la Couveuse.

    L’AIMF soutient ce programme de la Ville de Dakar, mené en partenariat avec la Ville de Montréal et avec l’appui technique de l’École des entrepreneurs du Québec.

    https://www.cepem.sn/index.php?option=com_content&view=article&id=105:comite-d-agrement-pour-la-selection-de-la-deuxieme-promotion-cepem&catid=8:equip&Itemid=435

  • Un Centre Culturel International de Rencontres à Ouidah !

    Un espace de mémoire, de création et d’échanges culturels, qui contribuera au rayonnement de la ville : le Centre culturel de Rencontres International - John Smith verra bientôt le jour à Ouidah ! La Maire de Ouidah, Mme Célestine ADJANOHOUN, l’AIMF et l’Association des Centres Culturels de Rencontre (ACCR) ont signé le 11 février une Convention qui constitue la première étape vers la mise en place du Centre Culturel de Rencontres International - John Smith. A l’initiative de la Commune de Ouidah, ce projet mémoriel vise un renforcement du dialogue des cultures et du rayonnement de la ville. Il est (...)
  • Stratégie environnement et santé du Gouvernorat de Sharqiya (Egypte) : mission d’expertise

    Dans le cadre du suivi des coopérations avec les Gouvernorats d’Egypte, une mission d’expertise de l’AIMF en partenariat avec Aquassistance s’est rendue à Zagazig, capitale de Sharqiya, et au Caire du 2 au 6 février 2020. Le Professeur Mamdouh Ghorab, Gouverneur de Sharqiya, Monsieur l’Ambassadeur Ibrahim El Khouly, Ministre plénipotentiaire et Directeur des Affaires Francophones au Ministère des Affaires Etrangères et la Docteure Abir AbuZeid, Sous-secrétaire à la Coopération Internationale au Ministère de l’Environnement, ont accueilli la délégation pour convenir des priorités et étapes préalables au (...)
  • Après 3 années de mise en oeuvre, le 3ème Comité de pilotage international du projet FEDACAM - Femmes et énergie durable au Cameroun s’est tenu le 23 javier à Yaoundé, sous le haut parrainage du ministre de la Décentralisation et du Développement local (MINDDEVEL). Aux côtés des Maires des villes partenaires et de l’AIMF, étaient présents les partenaires techniques et financiers du programme (ADEME, Fondation Veolia Environnement, FEICOM).

    Lancé en 2016, le FEDACAM a conjugué un renforcement du Réseau des Femmes Elues Locales du Cameroun avec la mise en œuvre d’actions pilotes sur l’énergie durable dans plusieurs régions du Cameroun qui ont permis d’améliorer l’éclairage public solaire et l’alimentation électrique des établissements publics. Au total, plus d’1,1 millions d’euros ont été investis pour ce programme.

    Au coeur des échanges de ce 3ème comité de pilotage : le bilan de la mise en oeuvre dans les deux villes pilotes (Fokoué et Bangangté dans la région de l’Ouest) et les 5 nouvelles communes (Mayo-Oulo dans la région du Nord, Mbengwi dans la région du Nord-Ouest, Angossas dans la région de l’Est, Afanloum dans la région du Centre et Mintom du Sud), et les grandes orientations de la stratégie pour une bonne gestion de la maintenance future dans les 7 villes bénéficiaires du programme. Enfin, cette rencontre a permis de jeter les bases d’un développement futur du programme, notamment à travers l’établissement d’un planning de recherche de financement.

    En savoir plus sur le FEDACAM

  • #SIM_ba : formation des services centraux pour la modernisation des finances publiques en République Centrafricaine

    Le Programme de modernisation des finances publiques centrales de République centrafricaine, appuyé par la Banque mondiale, a choisi l’AIMF comme opérateur, pour développer la solution SIM_ba auprès des services centraux. La formation tenue début janvier marque le début du transfert opérationnel vers cette solution, initialement développée par l’AIMF pour les collectivités locales et sur laquelle s’appuient aujourd’hui plusieurs administrations d’Etats.
  • A Domoni, aux Comores, la municipalité poursuit son engagement pour soutenir l’accès à l’éducation et lutter contre l’analphabétisme. Cela passe, aussi, par une amélioration des infrastructures scolaires.

    En 2018, la commune a soumis à l’AIMF une demande d’appui pour la réhabilitation de salles de classes dans la principale école primaire de la commune, Chiroundrani, afin d’améliorer les conditions d’enseignement mais aussi la sécurité des élèves, particulièrement menacée en période d’intempéries par les installations vétustes.

    L’appui de l’AIMF a permis la réhabilitation de trois bâtiments existants dans l’enceinte de l’école - dont les toitures et les plafonds s’effondraient - et le traitement de
    l’ensemble des structures pour faire face à l’infiltration des eaux pluviales.

    La cérémonie d’inauguration a eu lieu il y a quelques jours, en présence du Ministre de l’Education Nationale et du Directeur de cabinet du gouverneur.

  • Bujumbura / Uvira : Atelier d’échange entre les autorités locales et les commerçantes transfrontalières

    Dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités, la Plateforme des Autorités Locales des Pays des Grands Lacs (PALPGL) organise un atelier d’échange et de concertation entre les Maires des villes de Bujumbura et Uvira et les femmes exerçant le petit dans les zones frontalières de la RDC et du Burundi. A travers leurs activités, les commerçantes sont en effet parties prenante de l’apaisement des problèmes qui contribuent aux conflits au sein de leurs communautés et plus largement dans la région. Elles sont à même de faire usage leur influence dans leurs communautés respectives afin de promouvoir une (...)