Skip to content

Au Mali, l’Etat post-transition devra s’appuyer sur les pouvoirs locaux

Partagez cet article

Sur la base des enquêtes de terrain menées depuis 3 ans dans 120 villages des régions de Ségou et Mopti, la chercheuse Virginie Baudais fait ressortir des points clé pour la sortie de crise :

- S’appuyer sur les pouvoirs locaux, qui gardent la confiance des populations, pour construire l’Etat par le bas.
- Donner la priorité au développement économique des territoires : « Nos enquêtes démontrent que les motivations des jeunes qui se radicalisent sont d’abord économiques avant d’être religieuses, le processus d’endoctrinement intervenant après. » Retour ligne manuel
- Dépasser les approches exclusivement sécuritaires, qui « ne remportent pas l’adhésion des populations et qui attendent avant tout de l’Etat la délivrance des services publics mais surtout des opportunités économiques. »

Ces articles pourraient vous intéresser

Dans une tribune au Monde, le sociologue Maxime Fortyl, Directeur de l’équipe de recherche scientifique de l’Université publique de la Grand’Anse (Haïti), voit dans le renforcement de la décentralisation un élément incontournable pour développer le pays et apporter des réponses à la paupérisation et à l'insécurité grandissantes.

Collaborer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

📌 Fonds de coopération, appui au renforcement de la gouvernance locale, fonds d'urgence

Gouvernance

Découvrez d’autres articles et contenus autour de notre thématique

Ils nous soutiennent !

Construire des multipartenariats pour appuyer les programmes de développement et de gouvernance des villes, telle est la démarche de l’AIMF.

En savoir plus

📢 Missions d'expertise, recrutements, appels d'offres...

Abonnez-vous
à la lettre d'actualités