Skip to content

Diagnostic des attentes, besoins et compétences des villes du réseau AIMF en matière de politiques locales “genre et égalité”

Partagez cet article

Dans le cadre de l’Initiative pour le renforcement de la gouvernance locale en matière de genre et égalité femmes-hommes, mise en œuvre par l’AIMF avec l’appui de la Ville de Genève, un Diagnostic des attentes, besoins et compétences des villes a été réalisée auprès de 85 municipalités du réseau AIMF en 2023.

 

RESUME DES RESULTATS DE L’ETUDE

 

Quelles priorités communes pour les villes de réseau ?

D’un point de vue quantitatif, l’échantillon de répondants est représentatif géographiquement et en termes de type de membres de l’AIMF (collectivités locales de différentes échelles, associations de collectivités locales). Au sein de l’échantillon des répondants, la féminisation des exécutifs et responsables des administrations reste très relative (Maires, Conseils Municipaux et Administrations majoritairement masculines, entre 75 et 80 %).

D’un point de vue qualitatif, bien que l’étude relève des spécificités thématiques en fonction des régions, un socle commun est identifiable.

L’accès à la gouvernance et à la prise de décision, ou encore la question des violences sont cités au Nord comme au Sud. L’accès à la culture, au sport ou à l’espace public est un enjeu plus visible du Nord. L’accès aux services de base (emploi, eau, éducation, assainissement et santé) sont des enjeux fortement repérés dans les pays du Sud. Les membres en Afrique ont été les plus nombreux à aborder le poids des traditions, de la culture et de la religion tandis que les membres en Europe ont davantage abordé la lente évolution des mentalités.

Entre les enjeux repérés comme essentiels et les enjeux travaillés il n’y a pas une totale cohérence : notamment la question des violences basées sur le genre est signalée comme enjeu prioritaire, mais ne fait pas partie des sujets les plus travaillés.

La grande majorité des villes/collectivités/associations qui ont répondu agissent déjà sur l’égalité, avec ou sans le soutien de l’AIMF. L’action est soit interne (montée en compétence et outillage) soit tournée vers le territoire : soutien à des initiatives associatives, formations, portage de projets. Il s’agit surtout de projets dédiés aux femmes sur des thématiques relativement “classiques” (mais vitales). Des thématiques moins habituelles sur le front de l’égalité émergent (sur le climat par exemple), ou encore le numérique, selon les régions.

 

Plusieurs actions phares des villes identifiées

L’enquête a permis également le recensement des actions phares au sein du réseau, ce qui montre une vraie vitalité des villes sur le sujet en même temps qu’une mosaïque d’actions assez éparses, spécifiques plus que transversales, pas forcément structurantes, axées sur l’appui aux femmes plus que sur l’égalité “transformatrice”, réactives à des sollicitations/offres d’appui d’organismes financeurs plutôt qu’à une stratégie locale.

Pour être plus efficaces, le manque de moyens financiers est un frein davantage souligné par les collectivités d’Afrique de l’Ouest, d’Asie/Pacifique ou des Grands lacs. L’étude signale l’importance des financements et la présence de “gros projets” pour booster la dynamique des acteurs, notamment dans les pays du Sud.

 

Elus, fonctionnaires : quelle place pour les femmes ?

Enfin les organes de décision des membres de l’AIMF sont majoritairement masculins. Selon l’étude, la présence d’une femme à la tête d’une collectivité (en responsabilité politique, technique ou administrative) est souvent impactante, mais ne suffit pas à garantir l’égalité professionnelle ou à intégrer le genre dans les politiques publiques. Quelle que soit la zone géographique, le rôle des élu·es en ce sens est jugé primordial.

L’étude montre qu’il y a peu de référent·es et Points Focaux Genre (PFG) et qu’ils-elles manquent de moyens, de compétences et de pouvoir d’agir. Mais le recensement annonce aussi un creuset important de personnes/organisations ressources à impliquer au sein des adhérents, et sur les territoires.

 

7 axes de travail prioritaires identifiés

Les résultats du questionnaire, les échanges et les documents consultés confirment que les membres souhaitent travailler sur le genre et l’égalité femmes-hommes. Leurs besoins concernent :

  • La montée en compétences sur les réalités et enjeux de l’Egalité Femmes-Hommes
  • L’accès à des données sur l’Egalité Femmes-Hommes
  • L’accès à des outils de planification (budgétisation sensible au genre)
  • La connaissance d’actions impactantes (échanges de bonnes pratiques)
  • La capitalisation/valorisation des actions EFH (dans des récits, des fiches etc.)
  • La synergie entre les acteurs EFH du territoire et du réseau
  • Des appuis techniques et/ou financiers pour répondre à ces besoins et monter des projets

 

📑 Télécharger la version complète de l’étude

Ces articles pourraient vous intéresser

Collaborer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

📌 Fonds de coopération, appui au renforcement de la gouvernance locale, fonds d'urgence

Gouvernance

Découvrez d’autres articles et contenus autour de notre thématique

Ils nous soutiennent !

Construire des multipartenariats pour appuyer les programmes de développement et de gouvernance des villes, telle est la démarche de l’AIMF.

En savoir plus

📢 Missions d'expertise, recrutements, appels d'offres...

Abonnez-vous
à la lettre d'actualités