Skip to content

Commission permanente Villes et développement durable

Partagez cet article

Présidée depuis 2008 par la Ville de Lausanne, la Commission permanente a pour objectif de favoriser, au sein de l’AIMF, l’échange d’expérience autour du développement urbain durable. Elle se focalise principalement sur les défis liés à la mobilité, l’urbanisme, l’énergie et l’assainissement, dans un contexte de lutte contre les effets du réchauffement climatique. Plusieurs villes francophones d’Afrique et d’Europe sont membres de la Commission.

 

Les thématiques portées par la Commission sont les suivantes : 

  • Urbanisme et aménagement du territoire
  • Mobilité
  • Énergie
  • Adaptation aux changements climatiques
  • Assainissement et services de base (eau, déchets, etc)
  • Gouvernance

Villes membres

La Ville de Lausanne collabore avec des villes aux profils très variés et bénéficie de leurs expériences pour animer le travail de la Commission. Les membres sont :

 

  • Abidjan (Côté d’Ivoire)
  • Abomey (Bénin)
  • Communes et Villes Unies du Cameroun (Cameroun)
  • Genève (Suisse)
  • Liège (Belgique)
  • Lille (France)
  • Marrakech (Maroc)
  • N’Djamena (Tchad)
  • Niamey (Niger)
  • Nouakchott (Mauritanie)
  • Nyon (Suisse)
  • Ouagadougou (Burkina Faso)
  • Sousse (Tunisie)
  • Tunis (Tunisie)

Mission et Objectifs

La grande diversité existante entre ces villes nourrit les débats, les échanges et les partages d’expérience relatifs aux politiques publiques liées à l’environnement. Les membres de la Commission sont animés d’une même volonté de s’engager dans une démarche de développement durable. Les rencontres de la Commission sont l’occasion d’apprendre les uns des autres et d’élaborer ensemble des projets de développement. Travaillant en réseau, en s’appuyant sur des partenaires externes et des experts, les membres se consultent et diffusent leurs connaissances en matière de bonnes pratiques du développement durable des villes. 

Fonctionnement

Chaque année, la Commission organise une rencontre dans une des villes membres de la Commission pour discuter, échanger et collaborer sur les différents projets de développement durable des membres de l’AIMF dans le but de pérenniser et de diffuser les expériences intéressantes. 

Programme

La Commission s’appuie sur un programme dynamique reposant sur l’apport des villes membres et se base sur les principes suivants :

  • Des interactions directes et régulières grâce à des événements réunissant les élus et/ou les techniciens, afin de créer le lien entre des villes ayant un large champ de pratiques à comparer et à partager et donc les encourager à collaborer.
  • Un apport des villes par le recensement des pratiques et par la mise à disposition d’experts lors d’ateliers, sur des thèmes portés par les villes selon leurs besoins.
  • La capitalisation des pratiques, c’est-à-dire l’émergence de situations, de mécanismes, de méthodes favorisant le succès des projets, par un travail d’analyse approfondi.

Précédents ateliers de la commission

2010 - Marrakech

L’atelier qui s’est tenu du 4 au 8 octobre 2010 à Marrakech était construit autour d’un principe fondamental : chaque ville a des expériences à partager et si ces savoir-faire individuels sont mis en commun et confrontés les uns aux autres, ils sont susceptibles de donner des pistes pour faire évoluer les pratiques de chacun, du diagnostic urbain.

 

Par ailleurs, ce thème introduit de façon logique les échanges et réflexions qui seront menés sur les pratiques des villes.

 

C’est particulièrement vrai pour le thème du « diagnostic urbain » qui ne relève pas d’une seule recette infaillible, mais bien d’une démarche inscrite dans un contexte, et dont le succès relève principalement de la pertinence du choix de la démarche. Les présentations de l’atelier ont abordé des sujets bien au-delà de la seule question du diagnostic. Le propos de cette synthèse n’est pas de faire le résumé du contenu de chaque intervention mais de rapporter les grandes lignes en lien avec le diagnostic. Cette synthèse dresse aussi un rapide bilan et donne quelques pistes que la Commission « Villes et développement durable » pourra discuter.

2011 - Ouagadougou

Lors du premier atelier en 2010 à Marrakech, la Commission « Villes et développement durable » s’était intéressée à la thématique du diagnostic urbain. Cette rencontre a permis de mettre en exergue les différentes pratiques
liées au diagnostic urbain. Les présentations des membres ont souligné
l’importance des enjeux de durabilité dans le débat et les diverses pratiques
rattachées au diagnostic urbain.

 

Cette année, la Commission part d’une des conclusions de l’atelier de Marrakech, à savoir la nécessité d’articuler trois types de diagnostic :

 

1.    Diagnostic d’usage,

2.    Diagnostic technique,

3.    Diagnostic politique.

 

 

Une étude à l’échelle du quartier s’est imposée dans les discussions de la Commission car elle permet d’allier la réalité technique
et humaine d’un diagnostic en délimitant l’objet d’étude.

2013 - N'Djamena

L’atelier a réuni une dizaine de villes du Tchad (N’Djaména, Moundou, Sarh, Abéché, Doba, Bol) et d’Afrique de l’Ouest (Kaolack, Ouagadougou, Abomey), avec des représentants de statut et d’expérience très divers (techniciens municipaux, élus).

 

L’objectif de l’atelier était double :

Sur le plan méthodologique : permettre aux participants de mobiliser, confronter, analyser et capitaliser leurs méthodes et outils de diagnostic à partir d’un cas concret afin de pouvoir émettre une série de recommandations méthodologiques.

 

Sur le plan du contenu : amener les participants à combiner la diversité des regards pour produire un diagnostic préliminaire du quartier d’étude afin de fournir des éléments d’orientation aux acteurs de la ville de N’Djaména.

 

Les grandes lignes du programme de l’atelier étaient les suivantes :
1. Présentation de l’atelier et de Madjorio, le quartier d’étude
2. Visite de Madjorio
3. Le diagnostic d’usage des habitants : Rencontre avec des représentants des habitants du quartier.
4. Le diagnostic technique des agents de la commune : Rencontre avec des agents de la municipalité de N’Djaména, de la municipalité d’arrondissement et de l’Etat central.
5. Le diagnostic politique des élus : Rencontre avec des élus de la mairie centrale de N’Djaména et de la commune d’arrondissement.
6. Synthèse et restitution des participants

2014 - Abidjan

Cette année, la Commission se réunira pour réaliser un travail d’analyse sur un équipement public du District d’Abidjan qui s’insère dans sa politique de développement. Des participants de divers profils étaient présents à la réunion de cette année. Cette diversité a permis de confronter et d’enrichir les pratiques entre les participants.

 

Lors de cet atelier, les participants ont analysé l’aménagement et la gestion du marché aux petits ruminants. Cette analyse avait pour objectif de faire ressortir les enjeux et les résultats en termes de respect des normes du développement durable. 

2015 - Nouakchott

L’année 2015 est marquée par l’importance à l’agenda international de la question de la prise en compte des changements climatiques, dont le point d’orgue sera la Conférence Climat (COP 21) qui aura lieu à Paris en décembre. L’AIMF se mobilise dans cette perspective à travers, notamment, sa commission permanente « Villes et développement durable » que préside Lausanne.

 

La Communauté Urbaine de Nouakchott est particulièrement sensible à la problématique de la vulnérabilité aux risques environnementaux. En effet, les risques induits par les changements climatiques sont nombreux sur la ville de Nouakchott, pouvant aller jusqu’à poser à terme la question de la viabilité même de la ville sur son territoire actuel. La Communauté Urbaine de Nouakchott a donc décidé depuis plusieurs années de faire face à cette situation en accueillant des évènements comme les « Ateliers de Cergy » pour mieux analyser les risques encourus par la ville et les pistes de solution.

 

A ce titre, la Communauté Urbaine de Nouakchott, fortement active au sein de la Commission « Villes et développement durable », s’est proposée d’accueillir l’atelier 2015 de la Commission sur la thématique du « Diagnostic des risques liés aux changements climatiques », qui se tiendra du 21 au 29 mars 2015 en présence d’une vingtaine de collectivités territoriales francophones.

 

Pour cet atelier, le choix a été fait de prioriser les risques les plus visibles pour la ville de Nouakchott, qui sont ceux liés à l’eau. Ces risques, dans une ville située en bord de mer et dont certains quartiers sont situés à une altitude moyenne négative sont multiples :

Risques d’intrusion marine à travers un cordon dunaire mité par les activités humaines

Risques liés aux précipitations sur un périmètre de plus en plus imperméabilisé par les constructions urbaines

Risques liés aux rejets des eaux usées dans la nappe phréatique.

 

L’atelier se concentrera, à partir d’un état des lieux de la situation actuelle, sur l’analyse des risques que les changements climatiques font courir à la ville autour de cette problématique de l’eau.

2019 - Marrakech

La thématique choisie fait suite aux travaux qui ont eu lieu à Lausanne les 24 et 25 juin 2019 sur le thème des démarches participatives. Cette rencontre placée sous l’angle du partage d’expériences a permis aux participants d’échanger et de tirer de premiers enseignements.

 

L’atelier de Marrakech a été l’occasion de se pencher de manière plus approfondie sur des projets à Marrakech, d’échanger avec les porteurs de projets, de visiter des projets réalisés et de discuter de cas concrets.

2021 - Sousse

En présence du Maire de Sousse, du Gouverneur de Sousse, du Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe, du Syndic de Lausanne et du Secrétaire permanent de l’AIMF, l’Atelier de la Commission permanente Villes et Développement durable de l’AIMF s’est ouvert ce 2 décembre à Sousse.

 

Près de 60 Maires, élus locaux et techniciens des villes d’Algérie, de Belgique du Bénin, du Burkina Faso, de Mauritanie, du Sénégal, de Suisse et de Tunisie participent à cette réunion déterminante, alors que vient de s’achever la COP26 de Glasgow.

 

Les deux journées d’échanges et de visites de terrain permettront de partager l’expérience de Sousse notamment autour de la mise en œuvre de son Plan de Développement Urbain Intégré, et d’en tirer des leçons pour l’action.

2022 - Lausanne

Une vingtaine d’élus et techniciens des villes de Belgique, du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, de France, du Maroc, de Mauritanie, du Sénégal, de Suisse et de Tunisie étaient réunis à Lausanne du 1er au 3 mars pour travailler collectivement sur les démarches de mise en œuvre de plan climat dans leurs villes.

 

Les démarches de programmation climat engagées par Liège, Lausanne, Nouakchott, la CCZ (Communauté des Communes du Zou), Ouagadougou, Dakar et Abidjan y ont notamment été présentées. Une étape importante alors que les travaux du Congrès 2022 de l’AIMF feront une place importante aux questions climatiques et à leur gouvernance locale.

 

La Commission « Villes et Développement Durable » de l’AIMF s’est réunie du 16 au 19 août au Bénin, pour son Atelier annuel. Accueillis dans le Département du Zou à l’invitation de la CCZ, 40 élus et cadres territoriaux, venus de 6 pays (Côte d’Ivoire, Sénégal, Tunisie, Mauritanie, Suisse, RDC), ont travaillé à cette occasion autour de 4 grands axes :

  • Financement climatique
  • Energies durables
  • Traitement des déchets
  • Foresterie urbaine et péri-urbaine

Des visites de terrains ont permis aux membres de la Commission de mieux comprendre les enjeux socio-écologiques des villes du Département du Zou. En présence des maires de Bohicon, Covè et Abomey, les activités effectuées au cours de l’Atelier ont mis en avant les problématiques de ces différentes villes, afin d’inspirer et de permettre les échanges d’idées avec les autres membres.

 

L’inauguration du projet PASED-ZOU dans le centre de santé du village de Laïnta Cogbé (commune de Covè) fut un exemple de ce travail. Ce projet, cofinancé par l’AIMF, a permis d’équiper le centre de santé d’une microcentrale solaire, ce qui permet de fiabiliser l’alimentation électrique du centre et de faciliter le travail de nuit pour les équipes.

Ces articles pourraient vous intéresser

S’appuyant sur l’expertise développée par la ville de Dschang, ce projet vise à développer des solutions d’assainissement liquide dans une logique d’économie circulaire. Une initiative qui améliorera l’accès aux services essentiels et les conditions de vie de plus de 500 000 habitants de la Ménoua.

Collaborer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

📌 Fonds de coopération, appui au renforcement de la gouvernance locale, fonds d'urgence

Gouvernance

Découvrez d’autres articles et contenus autour de notre thématique

Ils nous soutiennent !

Construire des multipartenariats pour appuyer les programmes de développement et de gouvernance des villes, telle est la démarche de l’AIMF.

En savoir plus

📢 Missions d'expertise, recrutements, appels d'offres...

Abonnez-vous
à la lettre d'actualités