PHNOM PENH – Etudes pour la structuration de la filière GBV

Dans un contexte d’investissement conséquent en matière d’assainissement, Phnom Penh décide de rejoindre en 2018 l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville pour mettre en œuvre les études et conditions cadres nécessaires à l’établissement de sa stratégie municipale de Gestion des Boues de Vidange (GBV).

Continue reading

YAOUNDE – Structuration de la filière de Gestion des boues de Vidanges

La Communauté Urbaine de Yaoundé (CUY), capitale du Cameroun, compte plus de 3 millions d’habitants. L’assainissement y est essentiellement autonome et les services de vidange, assurés par le secteur privé, sont rendus difficiles par la vétusté des camions et l’absence de site de traitement. Les boues de vidange sont ainsi déversées sans traitement, à l’extérieur de la ville ou dans les « bas fonds », zones basses inondables.

 

Les habitants de Yaoundé et tout particulièrement des quartiers populaires, font ainsi face à un risque sanitaire significatif. Depuis plusieurs années, la CUY, avec le concours du Gouvernement, a entrepris des investissements conséquents dans l’assainissement urbain. Elle rejoint en décembre 2017 l’Initiative pour la Santé et la Salubrité en Ville, devenant la première ville pilote du volet Gestion des Boues de Vidanges (GBV), pour initier et mettre en œuvre une stratégie spécifique à ce secteur.

L’autorité locale, pilote de la structuration de la filière

La CUY assure la maîtrise d’ouvrage à travers ses services techniques, et avec l’appui d’un bureau d’études transversal, Delvic-Era Cameroun. 
Son appui vient apporter des éclairages sur la situation actuelle du secteur, la planification stratégique et le dialogue avec les vidangeurs, parties prenantes de la démarche. L’objectif est de mieux encadrer la filière par la règlementation, de faciliter l’implication des entreprises de vidange par un système de licences, et de développer des outils de monitoring et planification. 
En parallèle, la municipalité sera appuyée dans sa gestion des contrats d’exploitation des toilettes publiques, introduisant des innovations pour améliorer la rentabilité et assurer la prise en charge des vidanges. 
La CUY s’est entourée de nombreux partenaires et coordonne leur intervention sur son territoire. Les apports institutionnels, techniques et financiers des différentes parties prenantes sont une garantie d’efficacité et de durabilité des actions.

Objectifs du projet
 
  • Outiller la Communauté urbaine de Yaoundé pour le développement d’une stratégie municipale de Gestion des Boues de Vidange réaliste, concrète et évolutive
  • Mettre en œuvre la première station de traitement des boues de vidange de la ville et pérenniser son fonctionnement
  • Améliorer les performances des entreprises de vidange
  • Mettre en œuvre et en exploitation des toilettes publiques modèles, comme pilote pour le maillon « accès » de la chaîne.
Quelques chiffres
 

Durée du projet : 38 mois (2018/2021)
Budget  : 4,3 M€ 
Impact : 3 200 000 habitants couverts par les services de vidange 
200 000 impactés directement
200 m3 de boues vidangées quotidiennement
Le projet contribue à l’atteinte des ODD à l’échelle locale (1, 6, 9, 13)

Maîtrise d’ouvrage : Communauté Urbaine de Yaoundé 
Assistance à maîtrise d’ouvrage et financière : Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) 
Partenaires techniques et financiers : Fondation Bill & Melinda Gates, Syndicat Interdépartementale pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP), Agence de l’Eau Seine Normandie (AESN), Agence Française de Développement (AFD) à travers la Deuxième phase du Projet d’Assainissement de Yaoundé (PADY 2)

MAHAJANGA – Extension de la filière assainissement

La ville de Mahajanga à Madagascar connaît une situation sanitaire difficile, en particulier dans la portion dense et populaire du vallon Metzinger. Pour faire face à cette situation, elle a engagé la mise en place de services de gestion de boues de vidange et d’assainissement. En mobilisant l’appui technique et financier de l’IRCOD, du SIAAP et de l’AESN, l’AIMF soutient la municipalité pour l’extension de la filière et de l’accès public et privé à l’assainissement.

 

Problématique et contexte

La Commune urbaine de Mahajanga (CUM), ville portuaire du nord-ouest de Madagascar, comprend 250 000 habitants. Elle est composée de 2 ensembles différents séparés par un vallon naturel, le « Vallon Metzinger ». Ses abords, qui regroupent près la moitié de la population de la ville, connaissent une situation sanitaire particulièrement critique. Ancien bras de mer et zone inondable initialement déclarée inconstructible, elle concentre un habitat spontané très dense et dépourvu de système d’assainissement adapté, constituant un foyer régulier d’épidémies, telles la peste et choléra. La très forte densité et la saturation de l’espace rendent cette zone difficilement réaménageable.

Entre 2013 et 2016, la municipalité a mis en place, avec l’appui de l’IRCOD, d’Enda Océan Indien et de l’Union européenne, un programme ciblant la pré-collecte des déchets ménagers, l’accès aux toilettes hygiéniques et le développement système de gestion des boues de vidange (station de traitement et opérateur de vidange et de traitement). Forte de la réussite de ce programme d’investissement, la Mairie a sollicité l’AIMF pour renforcer ces acquis par un projet d’extension de la filière assainissement à travers sa structuration, l’innovation et le développement des compétences locales.

 

Réalisations

 

  • Amélioration de la connaissance de la problématique sanitaire du vallon Metzinger et proposition des scénarios d’intervention
    • Analyser les causes des problèmes et proposer des actions pour les résoudre, via la réalisation d’études techniques.
    • Appui en expertise
  • Renforcement de la maitrise d’ouvrage communale
    • Formation et accompagnement de la municipalité dans le contrôle et l’optimisation des services d’assainissement (GSP)
    • Développement du schéma directeur d’assainissement et sa prise en main par la commune
    • Capitalisation des actions sous forme d’outils fonctionnels de gestion de l’assainissement dans la ville
  •  Renforcement et extension du service de gestion des boues de vidange
    • Mise en place des équipements permettant d’étendre la desserte (vidange manuelle et camion), doublant la capacité de collecte-traitement, permettant de répondre à 100% de la demande et de traiter de façon pérenne 100% des effluents apportés.
    • Mise en place des équipements de valorisation des boues (compost, charbon) pour développer la filière.
  •  Amélioration des équipements sanitaires
    • Construction de 28 blocs de toilettes publiques, augmentant le taux d’équipement de 35% et impactant 16 800 personnes par jour
    • Construction de 300 latrines familiales sur l’ensemble de la ville, impactant 3600 ménages
    • Sensibilisation de la population

 

Mise en œuvre et financement

Mise en œuvre : 2018-2021 (3 ans)
Coût total du projet  : 1 360 000 € 
Financement 
AESN : 600 000 €
SIAAP : 384 000 €
AIMF : 302 000 €
Ville de Mahajanga : 42 500€
Bénéficiaires : 31 500€

Réhabilitation et aménagement patrimonial des lacs VÕ SANH et TÂN MIẾU dans la citadelle de Hué

La Citadelle de la ville de Hué, ancienne capitale impériale du Vietnam, dispose d’un système hydraulique centenaire et classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Dans ce quartier touristique où vivent 65 000 habitants, les enjeux de préservation du patrimoine historique, de valorisation touristique et d’accès aux services essentiels sont particulièrement imbriqués. Dans la continuité de la coopération engagée depuis 2007 entre Hué, l’AIMF et le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne (SIAAP) sur les enjeux d’assainissement, la municipalité a sollicité le consortium pour l’aménagement des lacs Tân Miếu et Võ Sanh, situés dans le périmètre de la Citadelle.

 

Problématique et contexte

Le système hydraulique de la Citadelle, ancré dans l’histoire de la ville, se compose de plusieurs éléments :

- Un réseau de drainage urbain unitaire.
- Un enchaînement de 40 lacs et canaux qui ont une triple mission de stockage des eaux pluviales et usées, de traitement naturel des eaux et de tampon avec la nappe phréatique en période de pluie.
- Un canal central, le « Canal Royal » qui traverse la Citadelle sur 3 km et draine toutes les eaux de la Citadelle vers la rivière des Parfums.

Ces ouvrages sont pour la plupart classés sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO et bénéficient à ce titre d’une protection renforcée. Dans le même temps, la Citadelle est un quartier vivant avec ses 65 000 habitants. Il est l’un des plus fréquentés de la ville, et accueille en moyenne 1 million de visiteurs par an.

Face aux défis de la gestion d’un quartier historique particulièrement complexe, les autorités de la ville de Hué ont élaboré un programme d’intervention prioritaire sur le Canal Royal et sur les lacs, en concertation avec le Centre de Conservation des Monuments, entité étatique en charge des prescriptions sur le patrimoine de la ville.

S’intégrant dans une politique d’appui aux services essentiels, de conservation du patrimoine et de valorisation touristique, la réhabilitation et l’aménagement patrimonial des lacs Võ Sanh et Tân Miếu, aura un impact important sur la vie des habitants, sur le paysage urbain de la cité historique et sur les visiteurs. En raison de son emplacement sur l’axe principal de la Citadelle, cette opération servira également de projet pilote, appelé à être reproduit sur d’autres lacs.

 

Réalisations

Le projet est pensé dans une approche globale, liant des problématiques différentes et exigeant la collaboration de services et professionnels variés.

  • Travaux de réhabilitation du système hydraulique des lacs : curage, augmentation de la surface eau des lacs, évacuation des eaux, renforcement des berges.
  • Travaux d’aménagement et de mise en valeur : construction des quais et dallage, végétalisation, électrification, panneaux explicatifs.
  • Améliorations du service de ramassage des ordures et réduction des dépotoirs sauvages.

La situation de la Citadelle a été améliorée à plusieurs niveaux :
-  Amélioration de l’évacuation des eaux usées et des eaux des pluies
-  Réduction de la fréquence des inondations
-  Amélioration des conditions d’hygiène et de vie des riverains
-  Réhabilitation du patrimoine urbain
-  Amélioration des conditions de visite de la citadelle

 

Mise en œuvre et financement

Mise en œuvre : 2016-2018 (2 ans)
Coût total du projet : 730 000€
Financement  :
AIMF : 255 000€
SIAAP : 255 000 €
Ville de Hué : 220 000€